Idées de Guizot sur l’enseignement primaire

"La première question fut de savoir s’il fallait faire de l’instruction primaire pour tous les enfants une obligation absolue.....La Convention Nationale le décréta en 1793, et parmi toutes ses tyrannies, celle-là du moins demeura sans effet....J’écartai la contrainte de mon projet de loi
Venait la question de l’instruction primaire libre.....La Charte avait promis la liberté de l’enseignement...Personne ne songeait à vouloir que l’instruction primaire fût complètement livrée à l’industrie particulière, évidemment incapable d’y satisfaire et peu tentée de l’entreprendre;...l’action de l’Etat y est indispensable
Une troisième question élevait plus de débats : dans les écoles publiques, l’instruction primaire serait -elle absolument gratuite et donnée à tous les enfants du pays?..L’Etat doit offrir l’instruction primaire à toutes les familles et la donner à celles qui ne peuvent pas la payer; et en cela il fait plus pour la vie morale des peuples qu’il ne peut faire pour leur condition matérielle."
Guizot, Mémoires, T3(Paris, 1860)