Les Balbutiements de l'EPS en France et en Europe

Au cours du XVIème Siècle et du XVIIème Siècle, les jeux populaires et les exercices physiques retrouvent droit de cité à l'école. On ne parle pas encore " Éducation Physique ", mais le souci d'une éducation du corps est fortement exprimé.


Michel Montaigne ( 1533-1592 )
Montaigne, dans les Essais I ( chapitre XXV ) a exprimé qu'il est impossible de rédiger le corps "ceux qui s'y risquent veulent se mettre hors d'eux et eschapper à l'homme c'est folie."
Il conseille une activité sans excès, une attention à l'hygiène de vie et à la propreté qui éviteront souvent le recours à la médecine en qui il a peu confiance.
La sagesse n'est pas seulement réflexion, elle est aussi action, aussi faut-il que la musculation soit développé et que le corps demeure résistant "expesissure de la peau et dureté des os" ainsi "les jeux mêmes et les exercices, seront une bonne partie : la course, la lutte, la musique, la danse, la chasse, le mouvement des chevaux et des armes..."



Gargantua, géant imaginé par Rabelais au XVIème Siècle avait une journée très chargée du point de vue sportif. En effet, le matin en se levant, il allait jouer au football "Se despertaient......ès prés et jouaient à la balle, à la paume" disait Rabelais. Il jouait comme cela, avec toutes nos armes, toute la matinée.
Dans l'après-midi, il reprenait avec des jeux militaires et chevaleresques : il montait à cheval sans étriers, guidait sa monture sans bride, s'escrimait avec des piques ou des épées, lançait des pierres et des barres, courait après les lièvres, les cerfs ou les chevreuils, sautait les haies...
Une fois ces jeux finis, il s'adonnait à la natation et à la plongée dans toutes les conditions, dans toutes les positions aussi ( à l'endroit, à l'envers, de coté...). Puis, il se donnait à l'escalade "Montait au haut d'une maison comme un rat" ajoutait Rabelais qui avait comme devise sportive "Telles choses servent à discipline militaire".
François Rabelais ( 1494-1553 ) : Musée de Versailles, France

Jean-Jacques Rousseau ( 1712-1778 ): Portrait de Roseau d'après Houston
AU 18ème siècle sous l'influence de Rousseau et des philosophes de la nature, cette attention au corps, à son entretien et à son développement va se traduire au XIXème siècle à travers des tentatives nombreuses de synthèses, de méthodes, de systématisations.
L'éducation est fonctionnelle: elle est adaptée au développement physique et mental de l'individu. La nature rend l'homme bon et heureux, tandis que la société le déprave. Donc le principe pédagogique est de revenir à l'état de nature. L'éducation est naturelle : la nature est le meilleur des guides, il faut la cultiver et non la contrarier.
Rousseau a enrichi la pédagogique de l'éducation physique d'une notion nouvelle et féconde, la notion d'éducation naturelle. Par ses principes, il ouvre la voie aux méthodes modernes d'éducation physique. Son influence pratique fut en effet immédiate. Grâce à lui,
l'éducation physique devint à la mode.

L'éducation physique est notre premier instrument de connaissance, elle suit les mêmes principes, elle est naturelle et spontanée. Dans son Emile, ses principes en éducation physique:
1 - laisser agir la nature : l'enfant aime à se mouvoir et à s'exercer. Il faut lui en donner l'occasion.
2 - compléter l'hygiène par la gymnastique. On doit beaucoup exercer les enfants. Les règles qui déterminent le choix de leurs exercices sont:
a) l'utilité.
b) l'endurcissement.
c) les valeurs éducatives générales: l'éducation physique rejoint l'éducation des sens, de l'intelligence, l'éducation morale et du caractère ( il faut développer le toucher, l'équilibre, l'orientation, la finesse d'orientation, même de nuit,...ete...).