La IIIème République : Septembre 1870-Juillet 1940

Peu avant les lois Lules Ferry, l'école a pris souvent le visage qu'elle aura sous la Troisième République. Auréolé des ses cheveux blancs, l'instituteur dignement vêtu exerce son autorité sans contestation apparente sur les enfants coiffés de bonnet et chaussés de sabots, rangés dans la cour de récréation.
La république naissante avait pour objectif de donner un enseignement de base à tous les habitants d'une France majoritairement rurale et de former des esprits républicains et faciliter la mobilité sociale par la méritocratie scolaire. L'école primaire publique devient le creuset de la République et de la patrie.

Sa "mystique républicaine" suscite la vive hostilité d'une grande partie des catholiques.

    Les institutions scolaires de la IIIème République :

Entre 1890 et 1914, les Républicains accentuent le combat pour la laicité qui culmine en 1905 avec la séparation de l'Eglise et de l'État. Ils ont accompagné une forte demande sociale et transformé tous les types d'enseignement. Ils ont ainsi contribué à créer une communauté nationale républicaine unie par une culture scolaire libératrice. En revanche, ils n'ont pas réussi à transformer les apprentissages en un système scolaire technique. Les Républicains ont organisé les structures de notre enseignement et lui ont conféré son esprit laïque.
Avant 1914, l'enseignement secondaire ne fut pas pronfondément réformé. Les lycéens et collèges communaux du Second Empire continuèrent de fonctionner. En 1902 intervient une réforme de cet enseignement secondaire : les études secondaires de la sixième aux classes de terminales ( Phylosophie et Mathématiques élémentaires ) durent 7 ans et sont séparés en 2 cycles. Le premier dure 4 ans : de la sixième à la troisième incluse. Le second dure 3 ans : de la seconde aux classes de terminales.
La IIIème République aménage l'enseignement agricole organisé sous la IIème République. C'est l'Enseignement Primaire Public que la IIIème République réforma le plus profondément. C'est la loi organique du 30 octobre 1886, avec ses textes d'application que sont le décret et arrêté organiques du 18 janvier 1887, qui codifient la charte de l'enseignement primaire. Les établissements primaires comprenaient les écoles maternelles et les classes enfantines, les écoles primaires élémentaires, les écoles primaires supérieures et cours complémentaires et enfin les écoles normales. A cela il faut ajouter l'enseignement spécial destiné aux enfants qui ne peuvent être éduqués et instruits au moyen des méthodes scolaires en usage pour les enfants normaux.


CONCLUSION
Cela aboutit à la laïcisation de l'enseignement et développement de l'enseignement féminin.