" La Loi Guizot "

Le débat de la liberté

En 1831, la question de la liberté de l'enseignement se posait. Montalembert était en faveur de cette liberté. Victor Cousin était contre cette liberté. En 1833, Guizot défendait une solution mi-chemin entre les 2 positions extrêmes. Selon lui, il fallait respecter la liberté puisqu'elle était proclamée dans la charte. Mais l'action de l'Etat était indispensable par nécessité. Il estimait que les intérêts privés seraient incapables d'y suffire et peu tentés de l'entreprendre. Son objectif était que l'Etat devait offrir l'instruction primaire à toutes les familles et la donner à celles qui ne pouvaient pas la payer. Il posait les bases d'un enseignement primaire pour le plus grand nombre.

Création d'un enseignement primaire public unformisé

La très grande majorité des enfants ( à partir de la Monarchie de Juillet ) passent le seuil de l'école avant même qu'on le leur impose. Mais cela ne veut pas dire qu'ils viendront tous les jours. L'école dans bien des familles est une sorte de luxe ou n'est pas considérée comme une nécessité. Au fil du temps, les choses changent : dans un nombre croissant de métiers, un minimum d'instruction devient souhaitable. La figure de lillétré devient péjorative.
Guizot est certainement à l'origine d'un nouvel esprit cependant les mesures qu'il prend ne lui coûtent guère : ce n'est pas aux frais de l'état, mais des communes que les écoles seront construites.

Reconnaissance de la liberté dans l'enseignement primaire

Pendant toute la première moitié du XIXème Siècle. Après les tentatives de reprise en main cléricale sous la Restauration, la Monarchie de Juillet rétablit nettement l'équilibre en faveur de la laicité unniversitaire. Cependant, la polémique sur le monopole a repris. Un mouvement est enclenché et mène à la reconnaissance de la liberté de l'enseignement primaire. L'instruction primaire est soit privée, soit publique. Cette loi favorise les congrégations : elle leur permet de faire........ des maîtres à l'école publique et d'ouvrir des écoles privées.