La lutte d'après les recherches aux archives

Origine L'un des plus anciens textes écrits concernant la lutte raconte " qu'en 1455, le Duc Pierre II alla saluer le roi de France à Bourges en compagnie de lutteurs bretons réputés pour montrer la qualité de ses joueurs".

En 1505, Anne de Bretagne, alors Reine de France, se vit offrir deux spectacles dont un était de luttes bretonnes.

En 1520 se déroule la célèbre entrevue où le Roi de France regrette de ne pas avoir emmené de lutteurs bretons pour s'opposer aux lutteurs corniques d'Henri VII.

En 1543 Ambroise Paré décrit dans son livre : "Voyage en Basse-Bretagne" le déroulement du jeu.

1644 : luttes à Corlay après le pardon de Sainte Anne.

1701 : luttes à Saint-Mayeux où le juge Tanguy Gourdel se fait attaquer.

1721 : la fête de l'aire neuve qui consistait à refaire dans une ferme la place où l'on battait le blé en y faisant danser toute la jeunesse pour tasser le terre se termine par un combat de lutte ce qui montre combien ce sport était populaire.

Pratiquesgouren.jpg (20406 octets) La règle du jeu était simple. Il fallait se saisir au-dessus des hanches. Pour être vainqueur, il fallait terrasser de suite trois adversaires en les renversant sur le dos et non de côté et sans tomber avec eux. Les lutteurs devaient prêter serment de lutter sans haine...Ce n'était pas toujours le cas : O.Perrin nous montre un lutteur qui attrape son adversaire par les cheveux.

Sur les illustrations et sur les cartes postales du début du siècle, on voit une foule qui s'entasse autour d'un vaste cercle. Elle est maintenue à bonne distance du combat par des gardes armés d'un fouet ou d'une poêle au cul noirci de suie.

Lieux de pratique La lutte se déroulait dans un champ, pratiquement toujours le même situé dans un lieu humide (pour les chutes).

Les dates de pratique étaient souvent celles du pardon de la chapelle.

Les tournois de lutte se pratiquent un peu partout en Bretagne et en 1928 le tournoi inter celtique de Quimperlé marque son renouveau.

Au XIX siècle la lutte continue à se pratiquer un peu n'importe où. Après un déclin fin du XIX et début du XX siècle, même si certaines régions continuent à organiser des tournois, on assistera à une reprise importante dans le dernier quart du siècle grâce à la création d'une fédération.