Certains tués sont inscrits sur deux monuments, pour la plupart dans leur communes d’origine et dans leur commune de résidence.
 
 

       
retour au sommaire