Lé lavouses

Y'en avé pusieurs à Pyéné . Tô lé jou, o' fesaint qu'ça, o'z allaing au doué su la route de S'figna. A l'eupoque ça té la route du "doué", ça n' té pas la route de la fontaïne .

lavoir01.JPG (49014 octets)  Aoutfa

O z' avaing lou clientele, o z' avaing du deu lé sieunnes qu'allaing lèver lé meucaniciens, lé forgerons ... Lé hanes taing neires, greussouses . Y' avé dé saprées berouttées , o montaing la cote quand o fesaing la buée wo lou chargement tout mouillé... En hivé, coum en été, o'z étaing tourjou aou doué.

La buée s' fesé cez l'particulieu, dans sa cour, il avé sa cuve ... Y fallé quand méme ramner lé linceus du doué à l'hoté .

A Pyéné, y'avé ben eune quinzaine de foumes qui n' fesaing qu' ça . Ela a duré dica l' arrivée dé machines à léver !

Y' avé d'l' ambiance aou doué, y' en avé là-d' dans qu' avaing d'la goule!

Ca té eune confrérie à part, ça té dé foumes qu' avaing la quaranteune parfa pu , i n' y ' avé point bel et ben de jieunes. On disé que ça té dé solides. Un lit ' de cit' lou fesé point pou. Eune fa y' en avé yeune qu' été cotie , on la ramnit en berouette! On app'lé lavandiéres lé foumes qui lévaing lé hanes à la main au doué . La léverie té tourjou eune affére de foume . Y'avé dé foumes dont ça té l'métier . O'z'utilisaing dé points d'iaou dounés par la nature : mâres, eutangs, russiaou,ou ben dans lé bourgs o'z'allaing léver dans lé lavoués .

Lé lavandières n'taing point peyeu ben chière: sept ou huit francs par jou, en c'temps là un journalier guegne la méme cheuse . E taing nourries, (quand t'empoéyeu tchocun en c'temps là, tu d'veu l'nourri)! E cassaing la croute en mi-matinée, çà teu la mode ! E z'emmenaing lou ptit bout d'paing autour du doué, ça té couvert, y'avé dé bancs pour s'sieuter.

Ca té eun' ambiance, lé bounfoumes qui fesaing ça n'araing point pu fére aout' cheuse! En hivè e n'avaing point chaoud, lé mains dans l'iaou fréde, pasque l'iaou qui descendé, v'né d'la source, de la fontaïne! Cà té d'la belle iaou . Coum' y'avé dé lavouses et qu'le débit n'té point greu, parfa le soer y'avé d'la crém' d'ssus, y'avé d'la fleur coum' on disé. Dans la nétée ça parté . Le lundi l'iaou té belle. Le dimaenche, on lévé pas et il avé té vidé et ballié le sam'di . Sti-là qu' avé dé cheuses un peu fragiles, i profité d'aller le lundi matin de boun' houre quand l'iaou té kière ... tô lé jous, y'avé dé foumes à léver, lé lavandières, ça té putôt pour lé coumerces, lé gens qui avaing d'la mounnaïe pour lé payeu, lé gens du bourg y allaing itou pour lever lou prop'effets .

BATIS...

Y veyé pas trop kiere et quand on té garçaille on le sieudé quand i allé léver l' douè : tcheuque fa, y'avé dé pieuces de chétes ou ben dé mouchouérs . Coum ' en véyé pu kière que li, et qu'on té pu vifs, on piqué lé sous ... Il avé un bala d' boula, si tu t' rangé pas, tu r' cevé un maoudit vieux coup d' bala su l' daou ! I n' eumé point qu' en aré té par là! Quand i té otchupé, on s'amnë vite fait et pis hop !.. Mains fallé fére attention pasque ça té gras wo l'savon ...Et en t'saouvant, ben souvent, tu cheyé su l'tchu .

lavoir1.jpg (61663 octets) Anë

LA BOUILLITURE

Auterment i fese eune bouilliture : eune petite buée ... ça té pour tcheuques chminses qui fallé qu'araing té bouillues ka ...pasque la grande buée, ela passé un bout d'temps ... I fallé met' la chaoudière en route et la grande cuve . Ela duré dika 10 houres du saï pasque i fallé enveyé l'iaou d'ssus wo eune grande poche qui té emmanchée,( eune vouillette). Tu beuvé eune bolée en attendant. Quand y'avé dé filles ... qui m'naing la buée, en dansé en méme temps, en joué de la musique... ça s' fésé aou printemps . Lé jieunes taing aou courant, i disaint "tiens y'a eune menerie de buée à tel endret" ... . I s'rendaing là ... I couraing aprei lé fi... " ça n'a point changéï ! "

LE MOCARDES ET LE DOUEU :

Ma je passeu souvent d'vant pasqu'on aveu eune prée en d'ssous et j'alleu m'neu lé vaches es champs ... ça teu etounant , lé vaches ne voulaing point baire à la rivière qui passeu ...

Tchoque fa, y'avë ben du monde, si y'aveu dé lavandières du keteu d'la route (la route ça teu à l'époque la route du doué... Ca n'teu point la route de la fontaïne ...) pasqeu aouterment ça teu couvert, ben lé siennes qui taing là, d'vaint fére la piace, o s'rengaing pour que les vaches allaing baire . Y' aveu pas qu'lé not', ça n'lou féseu point d'mal, ça teu du savon de marseille .

Y'aveu dé doués privés aou bourg, (Y'aveu un doueu par villaïge ), sti-là qu'aveu eune petite source par eune fontaïne ... y creuseu un doueu, i mettaing dé pieurres, eune greusse roche et i'z'allaing la d'ssus .

LE TOURS

Souvent y'aveu dé tours de fait. Lé garçailles, quand lé lavandières taint partis, i's ébrivaing lé bouètes à léveu dans l'doueu ou ben i lé cutaint à dret' ou à gaouche ... é pour éla qu' la plupart lé rem'naing.

Eune fa, deu bounes foumes s'taing battu à coup d'torchons mouillés .

- pyanche à léveu

- brosse de chiendent

- pinces

- bouète à léveu

- batoué

- savon de Marseille

lavandiereoutil.jpg (44360 octets)

LE DANGIERS DU DOUE

Tchoque fa, y'avé dé garçailles à chére d'dans. Y'en a z'aeu à s'neyeu dans dés endrets.

Cliquez sur les métiers suivants :

Le Pompier

Le Menuisier

Le Tessier

Le Boulangier

La Repassouère

Le Caf'tier

Le Cordonnier

Le Bourlier

Le Bouchier

La Lavouse

boutretour.jpg (2617 octets)