Lé rues d'aoute faï dans l'bourg

Ané j'vas vous caousé dé rues du bourg. D'aoute faï, l'bourg té pas égayé comme il é astour; la rue la pu passaïgière et la pu coumerçante té la rue du ceumtière, o coumencé au bas du ceumtière é s'arrêté au kio St Père eyou qu'été la gendarmerie; dans l'aoute sens y'avé la rue Bérien qui r'jouaigné la rue d'la poste qui s'arrêté au ch'maing du Mouleigne eyou qu' y'avé la creu d'Pière. Lé routes n'étaing pas gaoudronnées coume ané, mains fétes o dé roches é d'la tére. E quand i s'fésé un cabot, lé cantouniers lo rabillaing en mettant un dabon dé pétites roches méleyées o d'la tére qui pernaïng dans l'fossé, mettaïng ça dans l'cabot é pilaïng l'tout do lou sabiaou. Ca s'tassé é lé reues d'chérettes fézaïng le res'. Lé trotouères taing en tére, appouyés par dé grandes roches piates, tériées à la carière, y'avé un p'tit russet qui courré l'long du bourg pour dégaïger l'iaou quand i plouvé, lé bourgeoués en cimentaing tch'oque faï un p'tit morcé d'vant cez ieux.

ruecim01.JPG (39840 octets)

Rue du cimetière

poste01.JPG (42595 octets)

Rue de la poste

Tô lé samedis mataing, lé cantouniers passaing balier tout l'bourg, é la véprée y'avé un fermier qui passé o deux ch'faou et son timbant pour rassérer tô lé p'tits tas qu'lé cantouniers avaing fait. Maint' faï lé bistrotiers li payaing une téruellée é l'saïre été coume la monture du Portugal, té lé bétes qui chériaing l'animal. Y'avé pas mal à balier pasqué en c'temps là, y'avé une cinquantaïne dé mocardes qui traversaing l'bourg dé haout en bas é d'long en large pour aller es champs, é au haout temps té quat' faïes par jou! Y'en avé tourjou ieune ou l'aoute qui l'vé la coue é s'metté à bouser; sans caouser dé ch'faou qui chéraing l'fien é qu'en fésaing aoutant é du ju qui d'goutté dé chérettes.

E pour ach'fé l'tout, dé bounes femmes qu'étaing épéssent, quand o baliaing l'hoté, bourraing tout ça dans l'russé , y'avé dé pluches dé pataches, dé carrottes, d'la poré, y' en avé même qui n'sé génaing pas pour y vider lou pot d'chamb'. Quand i fézé chaoud, ça attiré lé mouches; c'qui fézé qu'lé vaïsins lou huchaing su l'dos quand i lé veillaing. Lé rues étaing surtout occupées par lé codochouères à l'époque-là, tou l'monde en avé tchoqu' eunes qui vivaing en liberté tourjou en traing de dégratter dans lé couanées d'ch'faou, pour y picoter d'l'avaïne. L' mére avé te obligé dé hayer lé monument dé païlus d'14-18 a caouse dé cé saprées cocottes qui r'veurgeaing totes lé fieurs.

monume01.JPG (53239 octets)

Lé trotouéres

Lé trotouéres étaing souvent encombrés; lé persounes dé mésounées i tassaing lou cordes dé boué pour en fére dé couépiaoux pour sé chaouffer. Quand l'épicier greillé son café, i metté sa greillouére sur l'trotouère; ela avé un bon sentiment, ela chatouillé lé nasiaux é lé coueffes se dépéchaing d'aller achté eun liv' de café su la piace à coté du païlu.

Le Banissou

Tô lé dimaenches aprei lé mésses, i monteu aou balcon d'la mairerie et i feseu totes lé bannies qu'avaing ava do lés afféres d'la commeune. Coum' i teu incanteur, il annonceu lé ventes mobilieures. Il aveu d'la goule et saveu fére monteu lé prix, ela l'arrangeu ben pisqu'i teu peyeu aou pourcentaige!

Si dans la smeune y' aveu du nouviaou, i passeu dans lé rues wo son tambour et son "avis" à la population. Il aveu d'la voué et on l'ouéyeu ben.

gardechamp1.jpg (47749 octets) gardechamp2.jpg (46137 octets)

Le zingueur

Le long d'l'éguyse, y'avé dé grands tas d'ardèses qu'étaing appouyés le long du mur, té l'pére Armand qui d'meuré en face , qu'été zingueur dé son métié, qui lé vendé, i té tou sou à en vend' dans la comeune, té ben vaeu do lé nob' et lé bourgeoués et do l'reucteur et coume té ieux qu'étaing lé mét' dé troué quart d'la comeune, peursoune n'osé aller ach'ter aillou, mé té pas un monvé ch'fa et l'avé tourjou d'bon cit' et té pas chiche d'eune boléï.

Houmes, ch'faou et coueffes

Dans totes lé rues, quand on apperché dé coumerces ou dé bistrots y'avé dé bouc' dé scellées dans lé murs ou aou bord dé trotouéres pour ennachér lé ch'faou. Du mating aou saïre, y'en avé tourjou tcheuques uns, quand i s'enniaint, i dégrataing et fézaing dé cabots dans la route, c'qui fézé raoudé lé r'chignées.

Y'avé ben pu d'monde dans lé routes qu'astour et tô lés houmes qui v'naing aou bourg fézaint aou maing un coup' dé bistrots, lé coueffes rentraing dans lé coumerces, té ielles qui fézaing lé coumissions mains n'avaing point dret aou bistrots toutes soules, ça aré té mal vaeu.

Lés éfants

Le médi, tô lés éfants dé villaïges qu'allaing à l'école, taing à courre dans lé rues du bourg do lou morcé. I'z avaing lou casse-croute dans lou musette et déringaïng à drette ou à gaouche. Ieux qu'étaing pas trop keurus n'avaing point faim et j'taing lou morciaou. Y'avé tourjou tchoques téouaou à lé sieude pour lé rassérrer. Quand i plouvé tout l'monde s'ramassé sous la halle.

Su la pyace

Le marchand d'grain

Y'avé un marchand d'grain su la pyace et aou mé d'aou, y'avé dé chérées d'pouchées d'grain qué lé fermiers am'naing do lou ch'faou. I montaing lé pouchées qui p'saing eune pérée su lou dos dans lé grands soliés du marchand, ela fézé du r'mue-ménaïge su la piace, sans parler dé totes lé codochouères du couaing qu'étaing là pour picoter lé grains qui cheillaing à bas, i gripaing méme su l'haout dé chérées pour éfoncer lé pouches à coup d'picot, le patron lé chafié à coup d'gaoule et enveyé son chen d'sus, dé fa la pieume volé, mains y'a pas pu tétaou qu'eune picotouère!

halle01.JPG (35416 octets)

La Halle (à gaouche)

derrie01.JPG (31215 octets)

La pyace drére l'éguise

Lexant', le négociant

La mintié d'l'anneï, la pyace té prinze par l' pére Lexant', lé négociant. Quand té pas l'froument, té l' bié naïre ou lé pataches et pour Néoué, té l'gui.

Y'avé itou la séson du mié, eune vingtaïne dé barriques éfoncées d'un bout, étaing alignées lé long d'cez lu et l'monde qui avaing dé ruches, i dépouchaing lou mié. Ela bourdouné dans l'couaing, lés écoliers en chipaing dé faï un morcé mains lé ruches lé postaing et fallé s'saouver pasqué ça piqué du.

Les poumes

La sézon dé poumes duré un méi. Lé fermiés am'naing lous chérées d'poumes su la pyace et lé déchargeaing dans un grand camion; Dé faï falé lé m'ner à la gare du traïng é lé déchergé dans dé wagons, cé pas étounant qu'lé maréchiaou avaing du boulot, lé ch'faou en usaing dé fers su la route et lé chertiers dé maillettes sous lou sabiaou ou sous lou solées!

Lé faïres

Lé faïres , ça s'passé itou dans lé routes, saouf la volaîlle et lé lapaing qu'avaing dré sous la halle, lé bétes à cônes, du coé d'la rue Bérien et Biaou Soulaïe, lé pouères dé cuve au bas d'la rue du ceumtiére; lé berbis, lé hours, lé courrou au couaing dé cez Simon; lé vendou d'pillots lé long d'l'éguise, d'amin du monument es morts, lé routes étaing pyene de monde. Y'avé dika des jaousés qui s'proum'naing do dé tapis et dé cirés sous lous épaoules et qui chipotaing do lé coueffes pour tacher dé lou en passer tcheuques morciaou au kaeu. Dé faï, quand y'avé trop d'bevou dans l'hoté, lé bistrotiers mettaing un banc lé long d'cez yeu é lé bounoumes s'asseyaing, lou tasse à la main et la patroune sorté do sa briquée d'cit' pour rempyeni lous orseu et ela caousé et ela huché... té la faïre!

A la séson chaoude, lé hussiaou et lé f'nétes taing aou large et lé picotouères sé mussaing dans lés hotés. Lé bounes foumes lé chafiaing à coup d'balaï pasque y'en avé d'cé salopries qui montaing su la tab' pour picoter lé gueurmilles et n'se génaing point pour chier d'sus!

Lé sentours

Chaque endret avé sa sentour : d'vant cez l'vieux Todule, té lés ougnons fricassés; i n'en mangé tô lé jou.D'vant lé bourliers té l' paï, l'ligneu et l'kière. Lé boulangiers , té l'paing chaoud! D'vant lé bistrots , ela senté la pisserie pasqu'en sortant, lé clients s'vidaing la bouffie lé long du mur...à longour d'anneï, ela en fézé pusieurs futailles! Perchain dé forges, la cône brulée vous rempyenissé lé nasiaou.

Mataou, le fosseyeur, tassé lé pyanches dé vaï chasses lé long d'cé lu; y'avé d'kaï vous fére coti l'tchoeu. I s'chaouffé do tout, i lé brulé dans son fouyé, ela pué la mortuaille.

Le fesou d'caches ,d' ratiaou et d'balaï :

I viveu dans eune petite méson aou mitan du bourg, (o n'y é pu astour ). Il alleu dans lès endrets eyou qu' y' aveu d'la bourdeune, ça teu wo ça qui féseu lé peniers, lé caches ou canoches. I coupeu du boula pour fére dé balas qu' lé cantouniers li prenaing. I féseu dé ratiaou pour le feing wo du boué d'saoud', dé manches de fourches, ou feunets pour lé pelles. I teu vra adret. I féseu core dés binettes en paille erliée wo d' l' acorce d'èronce.

Lé pillotous

Lé pillotous passaing à peu preï eune fa par moué dans tô lé logis de la commeune. I's ach'taing lé vieux pillaou aou tchilo mains c'qu'is ach'taing l'pu, c'té lé piaou d'laping. I's ach'taing dé piaou d'saouvaïgine: mart', fouènes ,pitois mains lé piaou là ,en n'avé point tô lé jous et o n'taing point dounées. Ca té peyé en argient, en échaoudoué ou ben en mouchoué, é pour éla qu'dans lé villaïges, le monde avaing tô lé mémes mouchoués.

mouchoir2.JPG (2089768 octets)

Le chinous

Y'en aveu toua qui passaing reugulieurement dans la commeune, quat' fa par an . L'un s'noummeu Fédéri BOUCHIER. Il aveu eune barbe qui li deuscendeu dica la ceinture, l'aout' Jean s'nommeu BOUCOUËT ...Tcheuques uns disaing qui teu noummeu d'méme à caouse de son bouc...En n'vous dira point ille c'que disaing lé pu vieux!!!

Y'aveu core la DONE qui d'meureu dans un villaïge de la commeune, ol aveu un grand penieu neir aou bras et tourjou son chap'let à la main, o perrieu pour lé siens qui li fesaing la chariteu et coum' à l'eupoque là le monde taing creyants, ol arriveu à ben s'en ch'vi!

boutretour.jpg (2617 octets)