La récréation

Ce qui est ennuyeux, c'est que les portes des cabinets ne se ferment pas à clef. Quand nous avons une envie pressante et qu'il y a plein de
garçons dans la cour, nous demandons
à une amie de tenir la porte des cabinets. Vu que les garçons aiment nous embêter, ils attachent mon amie à un arbre avec une corde à sauter, et ouvrent la porte pour me regarder. Qu'est-ce qu'ils sont méchants ces garçons !!!

A la recré, Antoinette  et moi jouons à la corde à sauter, aux billes que nous fabriquons nous-mêmes avec de la terre glaise, et au cerceau. Les garçons s' amusent avec une pétoire ; d' autres jouent à la marelle où la balle au mur. Soudain. "Tous en classe !"

Les billes et les "pétoires" sortent des besaces et les cordes a sauter, sautent. «La guerre est difficile aujourd'hui, mon général, nous manquons de munitions.» me dit Emmanuel quand il s'aperçoit, a la fin de la bataille, que nous n'avons plus de boulettes de papier pour les "pétoires". Mais l'instituteur nous sauve en couvrant de son sifflet le brouhaha pour nous faire entrer en classe.