C'était surtout pendant les veillées d'hiver que l'on pouvait entendre des contes. Chaque conteur avait son style, et, si, deux histoires venaient d'une même légende, elles étaient cependant différentes. Les contes étaient faits pour mesurer la compétence du conteur. Les éléments et les personnes (le diable, les lutins, les sorcières...) étaient souvent représentés par : le feu, des plantes (dont certaines devenaient rouges ou vertes quand on les jetait au feu).

(src : Evit ar brezhoneg)


Tu 'oa klevet kontadennoù e-pad beilhadegoù goañv dreist-holl. Pep marvailher en doa e zoare memes. Mojennoù disheñvel 'oa . Ar c'hontadennoù oa graet evit muzuliañ barregezh pep marvailher . An traoù hag an tudennoù 'oa taolennet gant an tan alies, gant ar plantoù ivez (bez 'oa ar re a zeue da vezañ glas pe ruz pa vezent taolet e-barzh an tan), da lâret eo : an diaoul, al lutuned, ar sorserezed…

Fils d'un instituteur de campagne, Anatole Le Braz naquit à Saint -Servais ( Côtes-du-Nord). Son enfance se passa à Ploumiliau, où il fit ses classes dans l'école de son père. Pendant qu'il s'initiait au latin sous la férule du symbole, le jeune Le Braz ne parlait guère que le breton en compagnie de ses condisciples ruraux. Anatole devint interne au lycée de Saint-Brieuc qui porte aujourd'hui son nom. Mais chaque période de vacances le remettait en contact étroit avec le milieu paysan de ce Trégor breton auquel il dut une bonne part de son inspiration.

Ar Bras o pourmen e Porzh -Gwenn. (Le Bras se promène à Port-Blanc). (src : collection privée)

A Quimper, il avait connu et estimé le folkloriste François Luzel dont il devint le disciple et le compagnon pour la collecte des chansons populaires bretonnantes, qui parurent en 1880 sous le titre de "Sonioù Breiz-Izel". Les fatigues de cet apostolat, venant après de nombreux deuils tragiques, furent à l'origine de sa mort prématurée. Cet homme qui aimait la Bretagne d'un amour profond et lucide s'en alla mourir à Menton, en 1926.


 

Mab ur skolaer diwar ar maez 'oa Anatol Ar Bras.Ganet eo e Sant-Servez (Aodoù-an -Hanternoz). E vugaleaj en doa tremenet e Ploumilio e-lec'h 'oa bet er skol gant e dad . Desket en deus al latin. Ar Bras, yaouank ne oare ket nemet ar brezhoneg koulz lâret , a gomze gant e vignoned diwar ar maez. Anatol Ar bras 'veze ' barzh lise Sant-Brieg a-hed ar sizhun .Al lise -se 'neus miret e anv dezhan .Da vare ar vakansoù en em gave en dro e darempred gant ar vro -Dreger don ma kave enni kement a awen. E kemper en doa graet anaoudegezh gant ar folklorist Fañch an Uhel. Deut 'oa da vezañ e wir deskard. Dastumet en doa kanaouennoù deut war wel e 1880, gant an titl Sonioù Breizh-Izel. Skuizhder an abostolerezh-se en deus lakaet anezhañ da vont da anaon abred. An den-se , ken don e garantez evit Breizh a zo marv e Menton e 1926.

 

 

 

 

Anatol ar Bras o labourat gant Marc'harit Fulup. Emañ marc'harit o kontañ marvailhoù hag istorioù.

(Anatole Le Bras travaillant en compagnie deMarc'harit Fulup . Marc'harit lui conte desLégendes.) (src : Istor Breizh - Ed. TESS)


Fañch an Uhel (François Luzel) - (src : collection privée Plouaret

François-Marie Luzel naît le 6 juin 1821 au manoir de Keranbronze, actuellement dans la commune du Vieux-Marché. Bretonnant, il s'intéresse très tôt à la collecte de chants populaires et de pièces de théâtre du Trégor. Ayant édité à ses frais "Le mystère de sainte Tréphine" et "Le roi Arthur" en 1863, il obtient, par l'intervention d'Ernest Renan, une mission officielle.

François-Marie Luzel a zo ganet d'ar 6 a viz Even e 1821 e maner keranarem bremañ 'barzh kumun ar c'hozh-varc'had. Brezhoneger e oa, dedennet abred gant ar c'hanaouennoù hag ivez ar c'hoarioù e bro-Dreger. Embannet en deus -se war e frejoù . Kevrin sant-Trefin hag ar roue Arzhur e 1863. Dre Ernest Renan en deus bet e gefridi ofisiel.

 

 

Les contes trouvent leur place surtout en hiver . Selon Per-Jakez HELIAS ; lorsque quelqu'un voulait conter, il devait y avoir le silence et moins de 20 personnes.

LE FEU… Le feu et le conteur étaient des partenaires inséparables. Les bûches pouvaient être sèches ou vertes. Le bois sec servait au conteur qui utilisait ses craquements, alors que la fumée du bois vert emportait les auditeurs dans des endroits lugubres. Les conteurs étaient quelquefois appelés Yann ar Burzhudoù (Jean des Merveilles).

Le futur Yann ar Burzhudoù choisissait son maître qui lui transmettait ses contes et son savoir. Le conteur rimait surtout au début et à la fin, et parfois dans le conte. Ils avaient une mémoire exceptionnelle car ils ne savaient ni lire ni écrire. Bien articuler était très important pour la mémoire.

 

 

 

Per Jakez Helias ur marvailher deus an XX vet kantvet.(Per Jakez Hélias un conteur du XX e siècle.) (src : Ouest France)

Les indicatifs étaient des formulettes. Les indicatifs avaient trois buts :

1) Avoir le silence dans l'assistance.

2) Se mettre en voix car les conteurs avaient travaillé la terre dans la journée et étaient fatigués.

3) Le troisième but était d'emmener le public dans un monde irréel.


Les formulettes étaient : "Gwechall ' oa gwechall ha hirio zo un amzer all." La traduction : "Autrefois était autrefois, et aujourd'hui est un autre temps." La suite : "Dans mon jardin j'ai un arbre de pommes qui produit des fruits plus tendres que le pain . Mais pour manger ce pain de pommes, il faut vous asseoir dessous l'arbre avec deux sous de sagesse . Ecoutez, et bien souvent vous entendrez…" Et, bien sûr, le célèbre : "Ur wech 'oa, ur wech 'oa ket, met ur wech 'oa bepred." Le conte n'avait ni lieu ni temps. La Première Guerre Mondiale a constitué un premier coup d'arrêt pour le conte dans son aspect traditionnel, et celle de 39-45 l'a fait disparaître dans sa forme populaire. Le conte, cependant, existe toujours, mais plus dans sa forme traditionnelle.

Veillée d'autrefois : Bretons ,écoutant la conteuse qui est assise à côté de la grande cheminée . Beilhadegoù gwechall : Bretoned o-selaou ar varvailherez azezet e-kichen ar siminal . (src : Nann Annavezet)


Ar c'hontadennoù a gav o flas e-pad ar goanv dreist-holl. Hervez Per-Jakez HELIAS : Pa en deveze c'hoant unan bennak kontañ e oa ret kaout ar peoc'h ha nebeutoc'h evit 20 den.

AN TAN… An tan hag ar marvailher a oa daou dra a-stroll. Evit kontan e oa ret d'ar c'hoad bezan sec'h pe nevez troc'het. Ar c'hoad sec'h a servije d'ar marvailher evit lakaat anezhañ da strakal , hag ar c'hoad nevez troc'het evit ar moged a gase an dud e-barzh lec'hioù skrijus. Ar varvailherien a veze anvet Yann ar burzudoù a-wechoù. (Jean des merveilles). An dañvez Yann ar Burzhudoù a choaze e vestr a roe dezhan da zeskiñ e gontadenn hag e ouiziegezh . Ar marvailher a rae klotadennoù dreist-holl e penn-kentañ hag e penn-diwezhañ ar gontadenn hag a-wechoù e-barzh. Bez en doa ur memor espar rak ne oare ket na lenn na skrivañ. Pouezus-tre e oa distagañ mat evit ar memor. Ar formuletennoù o doa 3 fal.


1) Kaout peuc'h e-barzh ar sal.

2) Sklaeraat e vouezh peogwir en doa labouret e-pad an deiz ha skuizh e oa.

3) Evit kas an dud 'barzh ur bed burzhudus.

Ar gontadenn n'he doa ket na lec'h na amzer. Ar brezel bed kentañ zo bet un troc'h evit ar gontadenn en he stumm hengounel hag an eilvet brezel bed 'deus kaset anezhi da get en he stumm poblek. Bez 'zo c'hoazh deus ar gontadenn met, kavet 'vez anezhi en he stumm hengounel.