LE CABOTAGE APRÈS LA SECONDE GUERRE MONDIALE



Le trafic de Dahouët, après un fort déclin entre les deux guerres va renaître après la seconde guerre mondiale.
Les besoins en matériaux de construction sont énormes et les sabliers vont décharger à Dahouët : sable, ciment.
120 bateaux entre 1948 et 1956.

Parmi ceux-ci, un sablier célèbre : l'Ar Zénith, ancien courrier de l'île de Sein et l'un des premiers navires à rejoindre la France libre.

Tous ces bateaux repartaient sur lest (c'est-à-dire vides).
La municipalité de Pléneuf prit contact avec des entreprises de Lamballe pour essayer de trouver des marchandises à exporter de Dahouët.
Deux négociants lamballais spécialisés dans la commercialisation de produits du sol, Mrs Briend et Morin, intéressés par ce projet, sont à l'origine du nouvel essor du port.

De 1959 à 1968, 220 petits cargos jaugeant de 600 à 800 tonneaux accostent à Dahouët (tonnage annuel moyen 20 000t).
Les marchandises exportées: blé, avoine, pommes de terre, pommes à cidre.
Les marchandises importées: superphosphates, maïs, sorgho, soja, engrais.

Durant cette période, on note quelques cargaisons insolites :
- gui expédié en Angleterre pour le nouvel an
- cageots vides de l'entreprise Horiée de Landébia
- betteraves sucrières pour des sucreries du Nord de la France.

Le décès de Mr Briend en 1967 porte un rude coup au commerce dahouëtin.
L'activité diminue régulièrement.
Le décès de Mr Morin en 1975 marque la fin du cabotage à Dahouët.

Le dernier cargo entra dans le bassin en Avril 1976 avec une cargaison d'engrais.

Depuis quelques années, à part l'armement Porcher, dont les chalutiers fréquentent trop rarement Dahouët, la pêche côtière s'essouffle; le nombre de chalutiers diminue.

Dans quelques années Dahouët ne sera plus qu'un port de plaisance.
Ses principales activités grande pêche et commerce en auront fait un port vivant et actif.
Bientôt, il ne vivra plus qu'une partie de l'année au rythme des vacances scolaires.

  Fours à chaux

  Le commerce des pommes de terre

  Le cabotage à la voile

  Le cabotage après la deuxième guerre mondiale