La pêche à Islande



          Les bateaux de Dahouët ne pêchaient pas au banc de Terre-Neuve. Quelques uns pêchaient à la côte de Terre-Neuve, mais le port de Dahouët s'est surtout développé avec la pêche à Islande.

          En 1857, la première goélette à partir de Dahouët à Islande s'appelait « Alexandre Eugène Henri ».

          Au départ, on remplissait les cales avec du sel qui se trouvait dans le grenier à sel. Les vivres étaient emportés pour tout le voyage. Les douaniers surveillaient le chargement. Des barriques de cheval salé étaient embarqués pour faire des appâts.

Goélette pour la pêche à Islande

          Le voyage vers l'Islande, en longeant les côtes d'Irlande, durait dix jours. Là-bas, les marins ramenaient les voiles et pêchaient du bord de la goélette en se laissant dériver. C'était là le plus grand danger de cette pêche car les morues se trouvaient près des côtes et les tempêtes soudaines pouvaient drosser les navires contre les rochers.

De Dahouët à Islande.

        Chaque pêcheur avait une ligne portant deux ou trois gros hameçons de quatorze centimètres de long. Il passait la ligne dans une petite fourche en bois fixée sur le bord du bateau pour ne pas l'abîmer et devait « scier du bois » (faire de grands mouvements pour remuer l'hameçon) pendant ses quatre heures de pêche. Au bout de ces quatre heures, une autre bordée de pêcheurs prenait le relais pendant que les premiers allaient manger et se réchauffer.                   
                                                                                                               Suite