Les transports à Ploufragan

Sommaire

charrette.jpg (19328 octets)

Notre enquête nous a montré qu’autrefois la plupart des gens habitaient à la campagne. Nous avons remarqué que la marche à pied était le moyen de déplacement le plus souvent utilisé. Quelles en étaient les raisons ?

__ Il n’y avait pas ou peu d’automobiles.

__ Il n’y avait pas non plus de bus : les premiers bus sont apparus en 1969 à Ploufragan.

__ Il y avait moins de routes qu’aujourd’hui car les extraits des délibérations du Conseil Municipal nous indiquent que Ploufragan n’était pas relié directement ni à Trégueux ni à Plédran : passage par Saint-Brieuc (mars 1921)

Le char à banc

Le char à banc était un véhicule léger tiré par un cheval utilisé pour transporter les personnes qui se rendaient aux marchés, aux foires, aux pardons (exemple pardon de Sainte Anne du Houlin) ou à des cérémonies familiales comme les mariages. Les cultivateurs les plus riches en possédaient. On y transportait des produits de la ferme tels des œufs, du beurre, des volailles des porcelets pour les vendre au marché ou à la foire.

Les chemins étaient en terre ou empierrés et non pas goudronnés. Ils étaient souvent en mauvais état (boue, nids de poules…). Le seul cantonnier de la commune n’arrivait pas à entretenir les chemins. Il était demandé aux particuliers d’améliorer eux-mêmes les chemins vicinaux en cassant les pierres (travail rémunéré). Cela s’appelait les prestations nous indique-t-on dans l’enquête.

Toutefois certains véhicules étaient utilisés pour les déplacements.

charvoit.jpg (16161 octets) grille.jpg (14679 octets)

La charrette

C’était un véhicule tiré par un ou plusieurs chevaux. On s’en servait pour transporter les lourdes charges ( fumier, récoltes de céréales …) mais rarement pour les personnes.

Un témoignage intéressant : Mr Francis Toqué dans le Plou de Fracan n° 0 raconte :

En 1916."  Le bureau de tabac faisait ferme aussi, alors j’allais porter du lait à Saint-Michel à Saint-Brieuc, avec François Philippe de la Salle Verte, Marie Grosvalet de la Fontaine à l’Ane et Rose Hinault de Beaucemaine. On prenait toute la route à nous quatre. J’avais une charrette à bras que je poussais et dont les trois roues ferrées faisaient beaucoup de bruit. "

La bicyclette

La bicyclette existait mais il y avait semble-t-il peu de vélos. Une personne nous signale avoir eu sa première bicyclette en 1926.

cast.jpg (15842 octets)

 

traction.jpg (18306 octets) car.jpg (10155 octets)

L'automobile

La première voiture signalée est apparue en 1923. A cette époque, les voitures étaient peu nombreuses et n’allaient pas vite ( 50 à 80 km/heure ). Cependant les habitants des Villes Moisan ont demandé en avril 1928 la pose de panneaux indicateurs réglementant la vitesse des automobiles dans la traversée du village mais le Conseil Municipal a refusé.

Au début des années trente, la commune fait payer une redevance sur les bornes distributrices d’essence et des taxes sur les voitures et les chevaux.

On remarque aussi que les commerçants de Saint-Brieuc posent des panneaux de réclame c’est à dire de publicité le long des routes de Ploufragan.

Le camion

En 1947, le Conseil Municipal décide d’acheter un camion Berliet pour transporter des pierres pour les chemins communaux. Ce camion de 5 tonnes avec benne, fonctionnant au gasoil coûte 1 250 000 francs.

En septembre 1948, le maire et un conseiller municipal prennent livraison du camion à Saint-Etienne.

A cette époque, le litre de gasoil coûtait 25 F.

retour en haut de page

Sommaire