LES FOURS A PAIN

 

Dans le pays de Broons, on trouve fours et fournils en terre, le plus bel exemple de fours que nous ayons rencontré est celui du "Chêne Picard" (photo 1) : de forme rectangulaire, il est pourvu d'une gueule en granit dite en forme de mulon; sinon on retrouve l'organisation classique du bâtiment en terre, solin en pierre (au Chêne Picard un belion témoigne de la survivance des croyances païennes (belion du dieu Bélénos). La margelle va d'un bout à l'autre du four.

I4.jpg (19363 octets)

photo 1

V12.JPG (34071 octets)

photo 2

La voûte en terre est très haute. Le four est souvent protégé des vents par un chêne.

On remarque aussi un nombre de fournils, bâtiment en terre plus imposant comprenant une pièce ouverte au fond de laquelle corbelets et manteau en bois abritent la gueule du four (photo 3). Cette pièce est en quelque sorte une salle d'attente pendant la cuisson des pains; des bancs accueillaient des ménagères.

IV12.jpg (28658 octets)

photo 3

 

L'intérieur du four était monté en briques réfractaires (photo 4) dont la durée de vie avoisinnait les cinquante ans.

III7.jpg (25524 octets)

photo 4

Une grosse pierre venait obstruer la gueule du four (photo 5). On la déplaçait par moulinets à l'aide d'une trique solide qu'on glissait dans l'entraille prévue à cet effet à la base de la pierre.

V17.jpg (28967 octets)

photo 5

C 'est l'homme qui chauffait le four.

Nombres de fagots : 7 en moyenne suivant le nombre de chauffes par semaine; au départ, on mettait de la "biaille" (fagots d'épines).

- Où mettait-on les cendres?

* Dans un trou à cendre ou niches,

- Qu'en faisait-on? On s'en servait :

* Pour la lessive

* Dans le poulailler en guise de litière.


Soues Fours à pain Autres types