La terre serait-elle un matétiau d'avenir pour la construction de nos futures habitations?

La question mérite d'être posée quand on sait que la course (la fuite en avant?) à la modernité dans laquelle s'est lancé l'homme depuis trente ans, a conduit à des aberrations dans les domaines alimentaires, environnementaux...

Symboles de l'ère industrielle, les matériaux durs, briques, agglomérés, béton suscitent de plus en plus de critiques. On pourrait évoquer aussi certains matériaux souples comme la laine de verre ou de roche incontournables encore aujourd'hui et pourtant d'une toxicité à faire tourner la tête aux fibres volatiles d'amiante!

Tout au long de notre enquête, nous avons pu à maintes reprises constater les vertus cachées de la terre; pour les élèves, elle était cataloguée comme "matériau d'autrefois". Idée reçue jusqu'à la visite de l'entreprise de Jean GUILLOREL du Lou du Lac (35).

14.jpg (73719 octets)

Homme de son temps, Jean GUILLOREL a renoncé aux techniques ancestrales de fabrication de la bauge, totalement inadaptées aux impératifs économiques d'une entreprise. Il est ainsi passé à la mise au point mécanisée de blocs de bauge.

La technique peut se résumer sous la forme d'une recette gastronomique :

* Verser la terre dans le malaxeur

11.jpg (62017 octets)

* Mouiller la terre et ajouter de la paille d'orge

10.jpg (68224 octets)  8.jpg (65212 octets)

* Remuer

* Ajouter 5% de ciment (pour renforcer la résistance mécanique du futur bloc)

* Déverser la bauge dans des moules aux dimensions extrêmement variées suivant le type de commande.

6.jpg (74555 octets)  7.jpg (72144 octets)

Un bloc type peut peser jusqu'à 700 kilos; ses dimensions : 50 cm de haut, 40 à 50 cm d'épaisseur et jusqu'à un mètre de largeur.

5.jpg (47945 octets) 17.jpg (65751 octets)

* Démouler après 24 heures.

* Stocker le bloc pour son séchage.

 

Nous avons assisté à toutes les étapes de la fabrication et ensuite fabriqué nous-mêmes, à l'aide d'une presse, des briques de terre crue de 8 kgs.

1.jpg (60198 octets)

3.jpg (64259 octets) 15.jpg (54519 octets)
16.jpg (57404 octets) 2.jpg (52583 octets)

Ce 9 mai 2000, jour de notre visite, 27 tonnes de blocs partent pour Rennes à destination de "Beauregard". Les blocs-bauge doivent constituer toute la façade d'une résidence de 40 logements. Les ambitions de l'architecte du projet "Salvatierra"(soutenu par la Commission Européenne) : réduire la facture de chauffage de 75%. Jean Guillorel explique : "la terre sait accumuler les rayons solaires et les redistribuer. C'est une masse inerte qui assure la régulation phonique et hygrométrique. C'est un formidable régulateur."

Alors peut-on rêver d'une nouvelle architecture? La vogue du bio, de l'authentique, alliée à l'impératif économique autorise tous les espoirs.

Les projets prennent forme soutenus par un nombre croissant de partenaires : Union Européenne, collectivités territoriales, banques, architectes... Le matériau terre, après une période délicate où il s'agissait de convaincre de sa faisabilité et de sa fiabilité, retrouve une seconde jeunesse. La terre est un matériau d'avenir. Mais son succès passe par un bouleversement des mentalités et notamment par la remise en question du "roi-parpaing", matériau unique en son genre selon J. Guillorel, pour faire de votre habitat "une belle boîte de conserve" !!!