Questions à Jacky Galliou à propos du métier de goémonier.

 

 

Questions relatives au métier de goémonier :

 

·         Comment faut-il faire pour être goémonier, faut-il faire des études spéciales ?

 D'abord par passion, par don pour ce métier-là, c'est un métier à risque, il faut au minimum trois ans d'expérience, de navigation et avoir un brevet de commandement adéquat. Il faut avoir un apprentissage de la pêche et connaître parfaitement les lieux de navigation.

 ·         Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

 Par amour pour la mer, parce que déjà tout petit j'aimais le goémon. C'est un métier qui s'apprend de père en fils. Parce que ça me donne une certaine indépendance, une certaine liberté et j'étais dévoué pour ce métier.

 ·         A quel âge avez-vous commencé ce métier ?

 Je suis pratiquement tombé dedans quand j'étais petit car je suis issu d'une famille de gonozoïdes. J'ai vraiment été efficace à l'âge de douze ans mais j'ai commencé tout petit.

 ·         En quoi votre travail est-il dangereux, quels risques y a-t-il ?

 Déjà d'une, parce qu'on subit les conséquences du mauvais temps. Quand les bateaux sont très chargés, il faut faire attention au vent et à la répartition des poids. Je travaille souvent avec très peu d'eau car je travaille près des rochers. Je risque de m'échouer et de perdre le goémon ou alors de faire naufrage à cause du mauvais temps et du poids du goémon. 

 ·         Comment les chalands peuvent-ils récolter le goémon, de quels outils se sert-on ?

 Ce sont des bateaux de forme péniche assez imposants, on y pose une grue, il y a un crochet au moteur hydraulique qui permet de tourner comme une fourchette dans un plat de spaghetti. Dès que tu as enveloppé le goémon, tu le montes à bord au dessus de la cale de goémons et tu tournes en sens contraire pour laisser tomber, c'est connu sous le nom de scoubidou hydraulique.

 Le scoubidou est une barre de ferraille de quatre centimètres de diamètre qui embraye en forme de cercle, ça permet d'arracher le goémon sur le fond. 

 ·         Comment pouvez-vous reconnaître les algues ?

 On les reconnaît par expérience, c'est un métier qui s'apprend de père en fils. Elles sont à des endroits bien définis. Ces endroits sont exploités depuis des centaines d'années.

 ·         Quelles sont les algues les plus ramassées ? 

LAMINAIRES

 Les plus ramassées sont les laminaires, en deuxième position, les fucus et ascophyllum qui, elles, sont récoltées à la main avec des tracteurs. En troisième position, il y a l'hyperboréa qui est fait en bâton et qui ressemble à un queue de vache. Elles servent à faire des prothèses dentaires et osseuses. En dernier lieu, il y a des lichens, qui eux servent à faire des produits pharmaceutiques. 

Fucus serratus
Ascophyllum

 ·         A quelle saison se fait le ramassage des algues ?

 Tout ce qui est laminaire, algues brunes, lichens sont ramassés au printemps (au mois de mai) et au mois d'octobre. Tout ce qui est Ascophyllum, serratus et laitue de mer se récoltent pratiquement toute l'année.

 ·         Comment faites-vous la transformation du goémon ?

 Les algues sont broyées à l'usine et ensuite elles sont récupérées dans une grande centrifugeuse puis, lyophilisées pour devenir de la poudre.  

 Questions relatives à la biologie :

 ·         Y a -t-il une ou des algues dangereuses ?

 Il n'y a aucune algue dangereuse en Bretagne.

 ·         Pourquoi les algues ne sont pas toutes de la même couleur ?

 Parce qu'elles ne poussent pas toutes à la même profondeur d'eau donc elles ne reçoivent pas toutes la même lumière. De plus, elles ne sont pas toutes issues de la même famille.

 ·         Les algues préfèrent-elles les mers chaudes ou froides ?

 Les algues préfèrent plutôt les eaux froides (au dessus de 14 à 15 degrés) sinon elles n'arrivent pas à se reproduire.

 ·         Quel est le mode de reproduction des algues ?

 Les algues pondent des "oeufs" qui viennent se fixer sur les rochers à un certain niveau d'eau qui permet de repeupler les champs d'algues.

 ·         Comment les algues se nourrissent-elles ?

 Elles se nourrissent d'eau et de sels minéraux sous l'action de la lumière du jour. Il leur faut beaucoup de luminosité, une eau très claire et pas trop chaude.

 ·         Jusqu'à quelle longueur peuvent-elles mesurer ?

 Une algue à maturité peut mesurer 2,50 mètres. Pour pouvoir les pêcher avec le crochet, il faut qu'elle atteignent les 50 centimètres et au maximum 4m dans les endroits où il y a le plus de courant.

 ·         Y a t-il une algue parasite qui mange le goémon, est-elle dangereuse pour l'homme ?

 Il n'y en a pas. Il n'y a aucune algue toxique. Il y en a une qui couvre les champs d'algues : la Bag-Boza. En breton, cela veut dire "tousser". C'est une algue qui se pose sur les champs d'algues et qui les empêche de se développer. Elles empêchent la lumière de passer.

 ·         Y a t-il un parc pour les algues ?

 Non, ce sont des sections, des champs. Un peu comme sur terre. L'algue pousse à une profondeur bien définie.

 ·         Où trouve t-on les algues les plus rares et de quelle couleur sont-elles ?

Il y a le Yakamé. Elle vient de Chine, elle est arrivé ici par accident, par des naissains d'huîtres. On en trouve peu sur les estrans chez nous. C'est une algue très recherchée pour sa composition alimentaire.

 ·         Quelles sont les algues que nous pouvons transformer en aliments ?

 Toutes les algues peuvent être transformées en aliments sauf l'hyperboréa qui sert plus à faire plus à faire des moulages de prothèses dentaires . Sinon toutes les algues peuvent rentrer dans le domaine alimentaire.

 ·         Quelles sont les algues que l'on mange sans les transformer ?

 Les laminaires, le yakamé, les laitues de mer, les haricots de mer, les "pioka". Nous n'avons pas encore essayé l'hyperboréa. L'Ascophyllum et le serratus ne sont pas beaucoup mangés. Les animaux par contre en mangent et on s'en sert comme aliment pour le bétail.

 ·         Dans quels aliments met-on des algues ?

 On en retrouve dans tous les aliments. Elle peut servir de gélifiant (qui s'appelle le E772) pour tout ce qui est glace ou flan, de conservateur dans le vin. On en cuisine beaucoup et on en trouve dans le pain et le chocolat. Ca peut aussi servir à faire l'enrobage sur les baguettes à souder, de tenir les couleurs sur le textile. Certaines sortes d'algues permettent de faire des prothèses dentaires.

 ·         Comment transforme t-on les algues en engrais ? 

On ne les transforme pas en engrais, on ramasse le goémon, on le fait sécher sur la dune, et on attend qu'il fasse de l'engrais. 

 ·         En quoi les usines de goémon consistent-elles ?

 Les deux usines sont S.K.W. et Idamiko et sont chargées de lyophiliser les algues et les réduire en poudre, elles sont transmises à d'autres petites usines qui en font des produits cosmétiques et diététiques.

 Interview réalisée par Julien FAVE et Justine NORMAND 6B