la vie dans l'abbaye
Accueil

 

Accueil
historique
la vie dans l'abbaye
l'eau
l'église abbatiale
La salle capitulaire
quelques légendes

    Toutes les abbayes cisterciennes sont bâties sur le même principe : l'église en forme de croix est orientée vers l'Est, car le soleil levant symbolise le Christ.

   Le cloître formé par une galerie carré est souvent accolé au côté Nord de l'église. 

    A l'Est, on trouve la salle de réunion, appelée salle capitulaire, et au dessus, le dortoir où les moines dormaient tout habillés sur des paillasses. Levés à deux heures du matin, les moines n'y remontaient plus que pour la sieste en été et pour changer de vêtements. Au Relec on ne sait pas si les moines dormaient dans un dortoir ou dans des cellules. Tout ce que l'on sait c'est qu' une porte et un escalier attestent du passage des moines vers l'église.

    Au dessus de la salle capitulaire on trouve également le scriptorium où les moines lisent et recopient les textes religieux. 

    L'accès au réfectoire se fait aussi à partir du cloître. 

    A l'Ouest vivent les convers dans un bâtiment séparé du cloître par une ruelle.

    Le chauffoir est la seule salle chauffée du monastère (avec la cuisine). C'est là que les moines venaient se réchauffer après avoir passé plusieurs heures dans une église glaciale ou après les travaux extérieurs. C'est aussi là que le barbier rasait la tête des moines de chœur (sept ou huit fois l'an ).

Il existe deux sortes de religieux dans l'abbaye :

Les moines de chœur étaient les plus nombreux. Ils chantaient l'office et travaillaient sur les textes religieux dans le scriptorium. Ils étaient vêtus de blanc et avaient le menton et le crâne rasés. Souvent ils venaient du monde des seigneurs, du clergé ou de la chevalerie : leur éducation était faite lorsqu'ils arrivaient à l'abbaye. Ils étaient donc capables de méditer sur les textes. Le seul changement était pour eux de vivre et de travailler comme des pauvres, de leurs mains.
Les frères convers eux, en tenue brune, portaient barbe et cheveux. Ils passaient plus de temps aux travaux des champs et sur les différents chantiers de l'abbaye. Ils venaient surtout du monde des campagnes. C'était des frères laïcs qui avaient choisi d'aider les moines dans leurs tâches de tous les jours.