Les goémoniers

On les appelle aussi les "Pêcheurs d'algues". Ils possèdent un bateau et se rendent sur les champs d'algues pour récolter le "talis" (la laminaria digitata).

On distingue 2 sortes de goémoniers :
Ceux qui récoltent le goémon sur les champs d'algues de la côte et qui rentrent chez eux tous les soirs,
les
goémoniers migrants qui partent récolter le goémon autour des îles, en particulier de l'archipel de Molène.

L'évolution du nombre de goémoniers :

En 1945, en Bretagne, il y avait 3 000 goémoniers, 400 à 500 étaient de Plouguerneau. En 1950 il n'y en avait plus que 300.

goémonier d'autrefois

goémonier moderne

En 1998 il y avait 70 bateaux de goémoniers. En 1999, il y a 62 bateaux de goémoniers en Bretagne : 8 bateaux avec 2 grues et 54 bateaux avec 1 grue. Parmi ces goémoniers, 8 sont de Plouguerneau : 2 travaillent à Saint Michel, 2 à Kervenni, 4 sont des goémoniers migrants. Le nombre de goémoniers a beaucoup diminué.


La récolte des algues :
La récolte des algues se fait de début mai au 15 octobre (elle dure 6 mois), parce que les laminaires poussent à cette époque. Le travail a lieu à marée basse car le skoubidou n'est pas assez long pour atteindre le goémon à marée haute.

Les ports de déchargement d'algues des goémoniers de Plouguerneau:

Lanildud : Lanildud est situé dans le Finistère, à côté de Ploudalmézeau. Ce sont les goémoniers migrants qui y viennent. C'est le premier port d'Europe pour le déchargement d'algues. Il y a environ 25 bateaux qui déchargent 45 % (3 000 tonnes d'algues) de la production nationale.
Le Koréjou : Les 2 goémoniers qui travaillent au large de Saint Michel déchargent au Koréjou (port de Plouguerneau).
Lilia : Les 2 goémoniers qui travaillent du côté de Kervenni déchargent à la cale de Lilia.

déchargement d'un bateau aujourd'hui


haut de la page - sommaire