Accueil
Historique
Fabrication
Le cuir aujourd'hui

 

Les Étapes

 

 

Le tanneur ne présente pas au tannage la peau brute telle qu’il la reçoit de l’usine. Il lui fait subir un travail préalable au cours duquel il en élimine les souillures superficielles :

1°) LE SALAGE 

La peau, en provenance des abattoirs arrivent à la tannerie recouverte de sel. La salage permet de conserver la peau en bon état et d’éviter la putréfaction des éléments qui constitue, après tannage, le cuir. 

2°) LE REVERDISSAGE ou LA TEMPE 

La tempe consiste en une immersion plus ou moins prolongées dans une eau agitée et renouvelée.

Ainsi , la peau absorbe le plus d’eau possible afin de lui rendre tout la souplesse et toute la fermeté qu’elle a perdues au cours de sa conservation dans le sel. 

3°) LE PELANAGE

La peau est mise, ensuite, dans des pelains, grands bacs contenant de la chaux qui aident à dissoudre la kératine (Scéroprotéine imperméable à l’eau, riche en soufre, substance fondamentale des poils, ongles, …)

4°) L’EBOURRAGE

Sortie du pelain, la peau, placée sur un chevalet, est ébourrée à l’aide d’un couteau à lame légèrement incurvée (couteau de rivière). C’est-à-dire que l’on dépouille de la peau d’animal, les poils qui la recouvrent : le côté des poils porte le nom de bourre. 

 

5°) LE PREMIER RINCAGE 

Un premier rinçage permet d’éliminer les poils restants à la surface de la peau.

6°) L'ECHARNAGE OU ECOLLAGE SUR LE CHEVALET

L'outil utilisé pour cette opération, la faux, ressemble au couteau d'ébourrage : sa lame est plus tranchante. La graisse et les particules de chair récupérées sont revendues et servent à faire de la colle.

7°) LE DECHAULAGE

A l'issue de cette opération, toute la chaux doit avoir disparu.

Le déchaulage était jadis un travail long et pénible ; il consistait en trempages dans la rivière : une eau très douce dissoudait la chaux qu'en petite quantité.

A partir de 1926, pour diminuer le travail de l'homme, on a eu recours à un tonneau à foulon. Cet outil a permis une plus grande rapidité de traitement.

8°) BASSERIES

Placées dans une caisse, les peaux sont ensuite suspendues sur des cadres de bois dans des bacs "basseries" contenant des solutions de plus en plus concentrées de matière tannante : écorce de chêne moulue, orge châtaigner.

9°) LE TANNAGE

Les peaux sont placées dans des fosses, sortes de grand bouquet de bois enterrées.

On remplissait la fosse par des couches alternantes d'écorces et de cuirs. Elles y resteront 5 à 8 mois. Le tan (écorce de chêne d'un brun roux, réduite en poudre pour le tannage des peaux) usagé est ensuite entreposé dans de grand bacs avant d'y être piétiné par des chevaux, mélangé à un peu de terre, moulé et séché. Le tan est ensuite vendu comme combustible.