Le « service d'eau » est arrivé à Vitré au XXème siècle.
Longtemps les puits ont constitué la seule source      d'approvisionnement en eau pour les habitants des      villes et des campagnes
.

La recherche d'une source

Le propriétaire faisait appel à un sourcier, qui venait avec une « baguette de coudrier » (branche d'arbre en forme de «Y»).
 
Cette dernière tremblait lorsque la source était proche.


Monsieur Paul GARRAULT
(habitant de Montautour)
se souvient :


« Dans notre ancienne ferme datant du XIXème siècle, lieu dit «La Goujonnière», pour la construction du puits en 1976, j'ai fait appel à un sourcier qui est venu avec sa baguette de coudrier. La baguette s'est mise à trembler, c'était rudement impressionnant.
Quand j'ai pris la branche, elle s'est mise aussitôt à se tordre et j'avais les bras noués. J'ai réessayé le lendemain, mais ça n'a pas marché ».



La construction du puits au XIXème siècle

Le puits est creusé à la pelle et la terre est remontée au fur et à mesure, à l'aide d'un seau ; une protection est installée à
l'entrée du puits pour éviter tout risque d'accident.

Ayant atteint le niveau de la source, le puits est empierré.

Le puits :


L'eau est utilisée pour les animaux, les cultures, la cuisine, le ménage et pour laver le linge. L'eau est remontée du puits avec des seaux de 5 à 20 kg.
Le
tour de bois sert à alléger la tâche, et se présente sous deux formes : en « broche » ou « manivelle ».

Tour de bois en broche
du puits du Manoir de la
Rivière Rabault au XVIème siècle

Puits

Lavoirs

/