Les hivers étaient rudes à Mézières-sur-Couesnon, un petit village de Bretagne. Il était difficile de se chauffer et il n’y avait pas grand chose à "mange" car les paysans étaient pauvres. De plus, les  occasions de se retrouver et de s’amuser étaient rares. La fabrication du pommé en était une.

Elle donnait lieu à des fêtes où les gens dansaient au rythme de la musique et des chants pendant que d’autres préparaient le pommé pour la dégustation. Cette année-là,  les fêtes se succédèrent jusqu’au jour où le musicien se blessa en chutant de la scène. Il fallait le remplacer au plus vite. Comment s’amuser sans musicien ?
Les jeunes, déçus, partirent au village pour en trouver un autre. En chemin, ils entendirent une très douce musique. Ils se fièrent au son de la mélodie en espérant trouver un bouézou qui accepterait de jouer pour eux. Au bout de quelque temps leur voeu fut réalisé car ils en trouvèrent un qui accepta volontiers. Une fois de retour à la ferme, ils le firent jouer de son instrument et commencèrent à danser. Il y avait une bonne ambiance : des joueurs de cartes, des conteurs, etc. Une femme était en train de discuter avec une amie quand son bébé arriva à lui dire ses premiers mots :

- " Man, Man, gad, gad1 ! " s’exclama t-il en montrant du doigt les pieds du musicien.

La mère était tellement heureuse que son enfant dise ses premiers mots qu’elle en oublia presque de regarder ce qu’il désignait du doigt. Mais elle regarda tout de même ce que son enfant montrait et remarqua que le jeune chanteur avait les pieds fourchus : 

-"Le musicien, c'est le diable, il a les pieds fourchus ! " dit-elle, effrayée, à son amie.

-"Dame oui, c’est ben vrai, c’est le diable ! " répondit celle-ci.

La jeune maman  alla voir le fermier et lui dit : " Regarde donc les pieds du musicien : c’est le diable". Le paysan crut qu’elle avait trop bu mais il voulut s’en assurer. Le fermier en arrivant devant le musicien vit que c’était bien le roi des enfers. Il courut voir trois joueurs de cartes et il leur dit : " Le musicien, c’est le diable, allez vite voir le curé et dites lui de venir pour le chasser".
Les garçons coururent chez la personne concernée, qui dormait. Après quelques cris, l’homme d’église se réveilla, ouvrit sa fenêtre et dit :" Pourquoi me réveillez- vous à une heure pareille ? 

- Venez vite chasser le diable à la ferme", dit l’un des envoyés. Le serviteur de Dieu mit beaucoup de temps à s’habiller mais sous la pression des jeunes, il se dépêcha. Il prit son bénitier et le petit groupe dut traverser les champs pour rattraper le temps perdu. 

Une fois arrivé à destination, le prêtre chercha les garçons, les trouva et leur demanda : "Où est le diable ? 

-C’est le musicien", répondit un jeune homme. Le curé fit face au diable, il le bénit et le méchant fut emporté par une rafale de vent.

 

Celle-ci détruisit  le clocher de l’église ainsi que plein d’autres bâtiments. Si vous ne croyez pas à notre histoire : allez à Mézières et vous constaterez que le clocher n’est toujours pas réparé.

 

1 "Regarde", comme dirait un enfant pour ses premiers mots.
 

Morgan CORNIC – Stephen MESLIN - Jerôme BAUCHE - Aurélien CRUER - Fabien LUMINEAU- Nicolas QUERE - Nicolas VEILLARD

 

HAUT DE PAGE

 

RETOUR