LE MENEUR DE LOUP

Il était une fois un homme qui rentrait de sa journée aux champs. Une légende circulait dans la région, et celle-ci disait que si l’on marchait sur une certaine sorte d'herbe, on était destiné à se perdre et à ne plus retrouver sa " rote " pendant le restant de ses jours. Mais la "  neu " était tombée et il était difficile d’apercevoir cette herbe malgré ses différences : elle était haute et vert foncé. L’imprudent marcha dessus. Il tourna, vira et se retourna plusieurs fois mais en vain : il était bel et bien perdu. Au bout d’un certain temps, il entendit des coups de hache et se dirigea immédiatement dans la direction d’où venaient les bruits.

Il vit un homme vêtu de vêtements couverts de terre et sentant la sueur. Il était grand, barbu et très fort : c’était un bûcheron. Tout à coup, celui-ci siffla, et une meute d’une quarantaine de loups l’encercla, ils hurlaient à la mort. L’homme qui s'était égaré prit peur, il se demanda ce qui lui arrivait. Le bûcheron lui demanda qui il était et ce qu’il faisait en ce lieu.

L’homme répondit en bredouillant : "Je me suis perdu en marchant sur l’herbe dont tout le monde parle au village. Il faisait tellement noir, que je n’ai pas pu la distinguer.

- Ton histoire a l’air plausible, mon ami, et tu me sembles épuisé et affamé, je vais demander à mes loups de te raccompagner, mais je t’avertis que si tu "che" tu ne pourras pas te "releve". Une fois rentré chez toi n’oublie pas de nourrir les loups en guise de remerciement." 

L’homme partit donc avec la meute de loups. Il avait du mal à avancer avec ses gros sabots de bois remplis de paille car le chemin était tout bosselé et de grosses racines d’arbre sortaient de terre. Il tremblait de peur et devait marcher prudemment pour ne pas tomber, mais rapidement car les loups, derrière lui, lui mordillaient les mollets pour qu’il avance plus vite.

. L’homme se méfiait bien de ce que lui avait dit le bûcheron, il répéta plusieurs fois cette phrase dans sa tête : 

- " Si tu "che" tu ne pourras pas te "releve".Cette phrase le hantait. 

Sorti du bois, il arriva dans la cour de sa maison : il ne lui restait plus que son chapeau et ses sabots car les loups lui avaient dévoré le reste de ses habits. Il frappa à la porte. Sa femme ouvrit immédiatement et devint toute rouge car elle n’avait jamais vu son mari tout nu. Elle pensait qu’il était devenu fou. L’homme énervé hurla à sa femme : 

-"Je t’en prie jette toutes tes galettes dehors et ferme la porte à clé. "

Les loups rassasiés repartirent dans la forêt. 

Le lendemain sa femme se rendit au lavoir du village où elle avait l’habitude d’aller laver son linge. Elle rencontra les autres femmes qu’elle voyait tous les matins et elle leur raconta l’aventure qui était arrivée à son mari. Toutes pensèrent qu’elle s’était mariée avec un fou.

 

Laëtitia LE GODAIS - Charlotte LE ROUX - Muriel LE PORS

 

HAUT DE PAGE

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL