LES TROIS POILS DU DIABLE

 

 

Il était une fois, une famille de bûcherons qui avait vingt enfants. Un jour, naquit un vingt et unième enfant si beau que beaucoup de personnes vinrent voir le nouveau-né. Parmi elles, se trouvait une vieille sorcière avec un énorme bouton sur le nez. Elle s’approcha et dit au père : 

- Un jour, cet enfant épousera la fille du roi et règnera sur tout le royaume." Puis elle repartit.

Cette rumeur parvint jusqu’aux oreilles du roi.

- Il n’en est pas question ! déclara celui-ci.

 

Le roi se déguisa pour ne pas être reconnu et alla voir le bûcheron.

- On dit que vous avez eu un vingt et unième enfant et qu’il est magnifique. Vous devez avoir beaucoup de mal à les nourrir tous. Je peux me charger de votre petit dernier pour vous aider.

- Ma foi, ce n’est pas de refus, répondit le bûcheron.

Sa femme approuva également et le roi partit avec l’enfant.

Quand il fut arrivé près d’une rivière, il mit le nouveau-né dans une boîte et la posa sur l’eau en pensant bien que celle-ci coulerait. Puis il rentra tranquillement au château, ravi…

 

Des années plus tard, lors du paiement des impôts, un paysan et son fils déposèrent leur dû aux pieds du roi qui s’était déplacé. Celui-ci remarqua le jeune homme et dit au paysan : 

- Vous avez un bien beau fils.

- Pour tout vous avouer, dit le paysan, ce n’est pas mon fils. Il y a bien longtemps, je me promenais au bord d’une rivière et j’ai vu une boîte emportée par le courant. Alors je l’ai sortie de l’eau et vous imaginez ma surprise en y découvrant un bébé. Le voici, dit-il, en présentant le jeune homme.

 

 

Le roi comprit qu’il avait échoué et que le nouveau-né qui était devenu un homme risquait d’épouser sa fille s’il ne trouvait pas un moyen pour l’en empêcher. Après quelques secondes, il eut une idée et se tournant vers le paysan il lui demanda : 

- J’ai une lettre à donner à la reine, pouvez-vous envoyer votre fils la lui porter ? 

- Mais bien sûr, répondit celui-ci.

Le roi écrivit la lettre et la donna au jeune homme qui partit. Le chemin était long et la nuit tombait, alors il entra dans une cabane se trouvant sur sa route. Elle n’était pas abandonnée car à l’intérieur il y avait une table et, dessus, des bols, du pain et une cruche d’eau puis aussi des chaises et des lits. Il but de l’eau et mangea du pain et s’endormit, la lettre à côté de lui. Plus tard, les sept frères brigands à qui appartenait la cabane rentrèrent. Dès qu’ils virent l’étranger, l’un d’eux voulut le tuer mais un autre l’arrêta.

 

- Attends, je veux d’abord lire la lettre." 

Celle-ci disait : "Je veux que tu te charges de faire disparaître ce jeune homme qui t’apporte cette lettre, avant mon retour. De la part du roi à la reine".

- Nous n’allons pas le tuer, je veux faire une farce au roi.

Il changea quelques mots et reposa la lettre au même endroit puis tous s’en allèrent.

Le lendemain matin, le jeune homme reprit sa route. Quand il arriva au château, il se présenta à la reine qui lut la lettre : "Je veux que tu te charges du jeune homme qui t’apporte cette lettre en le mariant avec la princesse. N’attends pas mon retour. De la part du roi à la reine".

Celle-ci fut tout étonnée mais présenta le jeune homme à sa fille. Ils tombèrent amoureux et la reine prépara le mariage qui eut lieu le lendemain. La cérémonie était terminée quand le roi rentra.

- Que se passe-t-il ? demanda celui-ci.

- J’ai fait ce que vous vouliez, dit la reine. 

- Ce que je voulais ?"

Alors la reine lui montra la lettre.

- Je n’ai jamais écrit cela.

Le roi était furieux, on alla lui chercher le jeune homme et il lui dit :

- "Jeune homme, vous aimez ma fille, si vous voulez vivre avec elle, il vous faut aller me chercher trois poils de la barbe du diable".

Comme le jeune époux aimait la fille du roi, il partit aussitôt.

Il arriva dans un premier village où trônait un arbre mort à côté d’une rivière. Plusieurs personnes vinrent à la rencontre du garçon.

- Pouvez-vous nous aider, Monsieur ? Avant cet arbre était magnifique et produisait de beaux fruits en or, mais un jour sans raison il a fané.

- Je verrai ce que je peux faire à mon retour.

Puis il reprit son chemin.

Il arriva à un deuxième village où il y avait une rivière asséchée. Quelques habitants accoururent et lui demandèrent de l’aide.

- Avant,  notre rivière était remplie d’eau et nous étions heureux. Malheureusement, du jour au lendemain, l’eau s’est tarie.

Il leur répondit :

- Je verrai ce que je peux faire à mon retour.

Il reprit sa route. Plus tard, il vit au loin le château du diable, mais il lui fallait d’abord traverser une large rivière. Heureusement, il y avait un passeur qui l’aida à la franchir. L’homme lui demanda s’il connaissait un moyen pour arrêter de faire ce travail.

- Je verrai ce que je peux faire à mon retour", répondit encore une fois le jeune homme.

Enfin il arriva au château. Là, une vieille sorcière avec un énorme bouton sur le nez lui ouvrit.

Elle savait qui il était et pourquoi il était là. Mais elle lui dit :

- Que voulez-vous ?

- Il me faut trois poils de la barbe du diable pour que le roi me donne sa fille.

Le jeune homme lui raconta aussi son voyage et quelques instants plus tard la sorcière le transforma en fourmi pour que le diable ne le vît pas. Elle le mit dans sa poche et alla préparer un énorme repas qui endormirait le diable. Celui-ci ne tarda pas à rentrer. Il alla se mettre à table et dévora tout le dîner. Il alla se coucher et s’endormit rapidement. La sorcière rusée entortilla son gros orteil dans la barbe du diable, tira d’un coup sec et arracha un poil. Le diable se réveilla et poussa un hurlement.

- Que se passe-t-il ? Pourquoi me tires-tu ainsi la barbe ? 

- Voilà, j’ai fait un horrible cauchemar.

- Ah bon, lequel ?

- Il y avait dans un village des gens très heureux, leur arbre donnait des fruits en or mais l’arbre est mort et il ne produit plus de fruits.

- Ne t’inquiète pas, ça c’est moi. Le secret, c’est qu’il y a un cadavre au pied de l’arbre. Si les villageois l’enlèvent, l’arbre donnera de nouveau des fruits en or.

Et sur ce, il se rendormit. Plus tard elle refit la même chose, et de nouveau le diable poussa un rugissement.

- J’ai encore fait un cauchemar. Il y avait des gens qui étaient heureux. Ils avaient une rivière qui les rendait comme ça. Ils ne manquaient de rien, puis un jour elle s'est asséchée.

- Ca, c’est encore moi. Le secret, c’est qu’il y a des pierres tout au fond et en dessous il y a un crapaud. Il faut l’enlever et l’eau reviendra.

Il se rendormit de nouveau. La sorcière recommença une dernière fois et le diable hurla une troisième fois.

- Quoi encore ? Tu as fait un autre cauchemar ?

- Il y a un passeur sur la rivière et il est fatigué de faire ce métier.

- C’est encore moi. Le secret : qu’il passe ses rames à la première personne qu’il rencontre.

La sorcière sortit de la chambre et rendit au jeune homme son apparence. Elle lui donna les trois poils et lui conseilla de donner au passeur et aux villageois les réponses à leur problème. Ce qu’il fit. Au passeur il dit : 

- A mon arrivée au château, je t’enverrai quelqu’un.

En retour des services rendus aux villageois, il reçut  des fruits en or et des sacs remplis de bijoux et d’argent.

Enfin il arriva au château, il donna les trois poils du diable au roi et déposa tous ses présents sur une grande table. Le roi fut très étonné et, envieux, il lui demanda où il avait trouvé toutes ces richesses. Le jeune homme lui répondit :

- Vous passez un village puis un autre et vous arriverez à une rivière. Un passeur vous la fera traverser et vous serez arrivé là où il y a tant de richesses.

 

Le roi partit sur le champ car il voulait être encore plus riche. Mais il ne revint jamais . Sans doute le passeur lui avait-il donné ses rames.

Depuis ce jour, le jeune homme et la princesse vécurent heureux toute leur vie.

 

Agnès LEPINAY – Audrey POREE – Bastien JOBARD – Delphine GILIBERTI

HAUT DE PAGE

RETOUR PAGE D'ACCUEIL