LES TROIS POILS DU DIABLE

 

 

 

 

Il était une fois dans un village, à la lisière d'un bois, un couple de bûcherons, vivant très misérablement qui eut un vingt et unième enfant: un fils. En ce temps, les familles, et en particulier les plus pauvres, étaient très nombreuses.

 

Un jour, une très vieille femme, au dos voûté, avec un nez sur lequel il y avait un gros bouton, vint chez eux. Voyant le nouveau-né, elle leur dit qu'ils avaient là un très bel enfant et leur prédit qu'il deviendrait l'époux de la jeune princesse du Royaume. A cette nouvelle, les parents tout heureux, l'annoncèrent à tous les villageois. La nouvelle était si grande et merveilleuse qu'elle se propagea très rapidement dans les lieux alentour. Allant de village en village, elle parvint à l'oreille du roi. En l'apprenant, le roi fut furieux : " Comment un petit fils misérable de bûcherons pourrait épouser une belle et jeune princesse ! ! ! " Il décida alors pour empêcher qu'une telle chose se réalise d'aller rendre visite à la famille des bûcherons. Il se déguisa pour cela en paysan. Arrivé, après une longue marche à travers toutes ses terres, chez les bûcherons, le roi exécuta son plan et se présenta comme un simple paysan. Voyant le nouveau-né et la pauvre demeure dans laquelle il vivait, il proposa au couple de bûcherons de prendre l'enfant :

" Voyons, vous ne pouvez pas bien élever votre bébé dans ces conditions Je vous propose, ma femme et moi n'ayant pu avoir d'enfants, de l'élever à votre place. Il sera, je vous le promets, très heureux car nous l'élèverons comme notre propre enfant. " Il insista longtemps et les en supplia. La bûcheronne ne voulait pas abandonner son enfant à un inconnu, mais son mari parvint enfin à la convaincre.

Le roi s'en alla, emportant l'enfant dans un panier. Sur le chemin du retour, il profita d'une rivière pour jeter le panier et l'enfant à l'eau. Or, un meunier qui se promenait près de la rivière aperçut le panier. Il décida de le repêcher. Mais lorsqu'il s'en approcha, il découvrit à l'intérieur, tout hébété, un beau bébé qui pleurait. Il rentra alors avec sa drôle de trouvaille chez lui et la montra à sa femme. Le couple de meuniers qui ne pouvait avoir d’enfants, mais en rêvaient, décidèrent alors de garder le garçon avec eux pour l'élever dans le bonheur.

Les années passèrent, l'enfant grandissait. Un jour, le roi passa lui-même percevoir ses impôts chez le couple de meuniers. Il aperçut alors le beau et grand jeune homme qu'était devenu l'enfant. Etonné de cette présence, il interrogea le meunier qui lui raconta toute l'histoire. Après l'avoir écouté, le roi se rappela ce que la sorcière avait prédit ; il reconnut ainsi le jeune homme qu'il pensait mort noyé depuis fort longtemps. Il décida d'agir en écrivant une lettre adressée à sa femme, il y écrivit : " Je t'envoie ce jeune homme pour que tu le fasses exécuter ".

Le roi ordonna alors au jeune homme d'apporter au plus vite ce courrier à la reine. Ce dernier obéit, et partit aussitôt.

Sur le long chemin qui le conduisait au château, alors qu'il commençait à avoir faim et sommeil, il aperçut une maison isolée. La porte était restée ouverte. Il s'en approcha et aperçut sur une table un plat de nourriture. Il décida alors de rentrer. Il mangea, et fatigué, il s'assoupit. Peu de temps après, trois hommes, trois vieux brigands qui vivaient là, rentrèrent, et aperçurent le jeune homme endormi. L'un d'eux en colère de voir cet intrus chez eux s'exclama :

" Tuons cet étranger qui s'est permis de s'introduire chez nous "

Mais l'un des deux autres hommes intervint: " Non, regardez ! ! ! il y a une lettre posée sur la table, lisons d'abord, nous verrons ensuite " Après avoir lu l'ordre du roi, ils se dirent que le jeune homme devait être comme eux et qu'il devait avoir fait des bêtises pour que l'on veuille l'exécuter. Ils décidèrent alors de l'aider. Profitant du sommeil profond du garçon, ils changèrent le contenu de la lettre : " Ma chère épouse, je vous envoie ce beau et grand jeune homme pour qu'il épouse notre fille ; surtout n'attendez pas mon retour pour organiser le mariage "

Cela écrit, les trois hommes s'en allèrent en silence, laissant derrière eux le jeune homme encore endormi.

Lorsque le garçon se réveilla, il repartit sans même s'être aperçu de rien vers le château royal. A son arrivée là bas, il remit comme promis la lettre du roi à la reine. Elle la lut, et obéit à son souhait en préparant comme il se devait les noces des deux jeunes gens. A son retour au château, le roi surpris et furieux s'écria " Mais que se passe-t-il ici ? "

" Et bien j'exécute tes ordres. Je prépare le mariage de notre fille avec le jeune homme que tu m'as envoyé, accompagné de ton courrier ", répondit la reine étonnée.

" Mais, je n'ai jamais ordonné une telle chose. La lettre a été changée ", rétorqua le roi.

Il s'en prend au pauvre jeune homme :

" C'est vous qui l'avez modifiée, n'est ce pas ? "

Mais le jeune homme jura sur l'honneur qu'il n'en avait rien fait. La jeune princesse avoua alors à son père qu'elle était tombée éperdument amoureuse de ce dernier et souhaitait absolument l'épouser. Après une longue réflexion, le roi finalement accepta. Mais ceci, à une seule condition : Que l'heureux élu de sa fille puisse pour cela relever un défi. " Peut-être sera-t-il incapable de le réaliser, et alors il n'épousera point ma fille ", pensa le roi. Il lança le défi au nouveau prétendant.

" Pour que tu puisses épouser notre princesse, il te faudra me rapporter trois poils de la barbe du diable ".

Le garçon partit donc pensant bien y parvenir. La princesse était si belle à ses yeux Au bout d'un certain temps, après avoir parcouru déjà plusieurs lieues, il aperçut au loin un village, situé au sommet d'une petite colline. Quand il y arriva, tout le monde pleurait, il demanda alors pourquoi tout ce chagrin.

Une femme lui répondit:

" Eh bien, avant, nous avions un pommier qui donnait de belles pommes en or mais maintenant il ne donne plus rien ".

Alors le jeune homme attristé par leur malheur, promit de faire quelque chose pour eux. Mais ceci, après avoir accompli sa mission et il repartit.

Au bout de plusieurs heures de marche, il aperçut de nouveau un village où le chagrin régnait et il demanda la raison de toutes ces larmes.

Une femme lui répondit:

" Eh bien avant, nous possédions une rivière où l'eau était pure et claire mais maintenant elle est sèche ".

Alors le jeune homme leur promit aussi de faire quelque chose pour eux mais après avoir accompli sa mission et il repartit.

 

Après un long moment de marche, il s'arrêta apercevant un homme assis près d'une rive qui pleurait. Il lui demanda quel était son problème. Ce dernier lui répondit : " Je suis condamné à ramer toute ma vie pour faire passer les gens qui viennent ici ".

 

Alors le jeune homme lui promit de faire quelque chose, ceci toujours après avoir accompli sa mission. Il monta alors dans la barque avec le rameur qui le fit traverser la rivière. Arrivé sur l'autre rive, le jeune homme aperçut un château noir. Autour de cette demeure tout était sombre. Il décida de marcher jusqu'à celle-ci et frappa à la porte. Une vieille femme toute ridée, courbée avec un nez surmonté d'un gros bouton, lui ouvrit : elle ressemblait à une sorcière. C'était cette même femme qui avait prédit au couple de bûcherons que leur fils épouserait la fille du roi. Elle l'interrogea : " Que viens tu faire ici ? "

Il lui répondit: " Le roi m'a ordonné de lui ramener les trois poils du diable pour que je puisse épouser sa fille ". Il lui raconta la promesse qu'il avait faite aux villageois " Entre, je t'attendais. J'accepte de t'aider. Mais maintenant cache-toi car le diable habite ici. S'il te voit, il pourrait te tuer ", répliqua la vieille femme.

 

Le diable rentra et le soir venu alla se coucher. Pendant ce temps, la sorcière proposa au jeune homme de le transformer en fourmi afin qu'il puisse s'introduire dans sa poche afin que le diable ne le voie pas.

" Je suis d'accord " s'inclina-t-il. Alors elle le métamorphosa puis ils allèrent se coucher. Pendant la nuit, la sorcière enroula un poil de la barbe du diable autour de son gros orteil et le tira très fort.

 

" Mais qu'est-ce qui te prend ? ",s'écria le diable. - J'ai fait un terrible cauchemar : dans un village où tout le monde se lamentait, leur pommier ne donnait plus de belles pommes en or ", - Ceci est à cause de moi, il suffit qu'ils retirent le cadavre que j'ai placé dessous du pommier et il redonnera de belles pommes en or ", révéla le diable qui leur avait lui-même jeté le sort.

                       " Eh bien, je vais essayer de me rendormir ",soupira-t-elle.

Elle mit alors le poil dans sa poche, et fit semblant d'aller se coucher. Un peu plus tard, elle enroula à nouveau un poil de la barbe du diable autour de son orteil et tira fort.

- "Mais qu'est-ce que tu as encore ? ", s'écria le diable.

- J'ai encore fait un cauchemar : dans un village, tout le monde pleurait car la rivière était sèche. "

- " Mais tout ceci est encore à cause de moi je leur ai aussi jeté un sort, il leur suffit de soulever la pierre et d'enlever le crapaud qui se trouve dessous , alors tout redeviendra comme avant, l'eau de la rivière sera pure et claire ", avoua le diable. Faisant semblant d'être soulagée, la sorcière rentra dans sa chambre

Elle mit alors le deuxième poil dans sa poche.

Puis, quelque temps après, elle recommença et tira le troisième poil du diable.

- " Aïe, mais qu'est-ce qui te prend encore, tu ne peux pas dormir comme tout le monde ?

- " J'ai fait un autre cauchemar : près d'une rivière un homme doit ramer toute sa vie " expliqua la sorcière.

- " Mais c'est encore à cause de moi. C'est moi qui ai décidé de lui jeter ce sort. Il suffit qu'il passe ses rames à quelqu'un d'autre qui sera à son tour condamné et ainsi, il sera libéré. ". Aussitôt le troisième poil dans sa poche, la sorcière rendit son apparence normale au jeune homme, qui repartit avec les trois poils du diable, heureux, en remerciant la sorcière qui avait pris bien soin de lui donner les solutions aux malheurs des gens qu'il avait rencontrés sur son chemin : les deux villages et l'homme de la rive.

Arrivé au bord de la rive où le rameur l'attendait, il lui dit

Je ne veux pas prendre tes rames mais je te promets de t'envoyer quelqu'un qui prendra ta place. Ainsi tu seras libéré et tu pourras partir. Il continua son chemin et arriva dans le village où la rivière avait été asséchée. Il enleva le crapaud de la pierre et aussitôt, comme l'avait dit le diable, la rivière rejaillit, pure et claire pour le remercier les villageois le couvrirent de nombreux cadeaux, et le jeune homme heureux de les voir retrouver la joie, repartit.

Repassant dans le premier village, il enleva le cadavre comme l'avait dit le diable.

Aussitôt, le pommier retrouva sa couleur or, brillant de tout son éclat, avec ses pommes en or. Les villageois pour le remercier, lui offrirent d'énormes paniers remplis de grosses pommes d'or. Heureux, il repartit.

Après avoir parcouru un long chemin, le garçon retrouva enfin le château où l'attendait sa promise.

Il s'empressa de remettre les trois poils du diable au roi, fier d'avoir relever ce défi. Il méritait la princesse.

Le jeune homme montra aussi l'or et tous les cadeaux qu'il avait eus par les villageois. Le roi jaloux, lui demanda où il les avait reçus. Le jeune homme lui expliqua que ce trésor se tenait caché dans une grotte au loin sur une rive. Seulement avant de pouvoir l'atteindre, il fallait demander au rameur qui se tenait près de la rive de l'y conduire. Avide d'argent et d'or, le roi s'empressa de s'y rendre sans penser au piège que lui tendait le futur prince. Il y trouva comme prévu le rameur et lui emprunta ses rames pensant aller plus vite que lui. Ainsi le roi fut condamné à ramer pour l'éternité. Alors que le jeune homme épousa comme convenu la princesse et ils vécurent heureux jusqu'à la nuit des temps.

 

Margot BELLANGER – Virgine Laghrib – Chloé LENFANT – Charlyne SAINT POL

HAUT DE PAGE RETOUR PAGE D'ACCUEIL