Retour page précédente

Nous sortîmes tous en courant. Mon père, d'un pas pressé, menait la marche, suivi de ma mère et de nous qui trottions derrière eux. Nous arrivâmes devant la cathédrale St Pierre. De l'édifice roman reconstruit au XIII° siècle, il ne subsiste que la base de la tour nord percée de fines meurtrières. Les nefs et ses dix chapelles latérales furent rebâties au XV° siècle. Un groupe important de personnes s'affairait près de la chapelle en rotonde qui fait saillie sur le mur de la nef. Malgré l'effervescence, je me rappelai alors ce que nous avait dit notre instituteur :

  • Cette chapelle est traitée dans le style de la Renaissance italienne. Ce qui est très rare en Bretagne !

Les vitraux renvoyaient les fantastiques rougeoiements de l'incendie. Le feu illuminait les visages de tous les Vannetais qui s'activaient pour l'éteindre. Je voulus les aider, mais j'eus à peine le temps de faire un pas que ma mère m'ordonna de regagner notre maison. J'eus beau répliquer, elle était catégorique, j'étais trop jeune !

Navré, j'entrepris de passer par mes remparts pour pouvoir observer l'incendie sans me faire réprimander. J'atteignais le haut de l'enceinte lorsque j'aperçus une ombre blanchâtre. Apeuré, je voulus tout d'abord me sauver mais l'irrésistible envie d'aller examiner de plus près ce spectacle fantasmagorique me poussa à m'approcher. Je rampai discrètement, les yeux cloués au sol. Lorsque je les levai, j'aperçus devant moi un être que la lumière du feu rendait terrifiant. Je me redressai avec peine, mes membres tremblaient de toute leur force, ma respiration devenait difficile. Enfin je réussis à me hisser sur mes deux jambes. Une fois debout, je pus examiner le géant colossal. Il était vêtu d'une longue toge blanche. Le long de celle-ci, dévalait une barbe grise qui devait bien lui parvenir jusqu'aux genoux. Je laissai glisser mon regard de bas en haut et m'arrêtai sur ses yeux. Ils étaient d'un noir obscur à l'intérieur duquel jaillissaient des flammes. Ce qui me terrifiait le plus, c'était qu'il tournait le dos à la cathédrale ; l'idée que le feu pût se refléter dans ses prunelles était donc inconcevable. Il me fixait et son regard me glaçait. Je restai là, un

Retour à la page d'accueil

Suite