Retour page précédente

  • Qui-qui-qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ? m'écriai-je.
  • Nous sommes les druides qui t'avons envoyé Heol Le Goff. Nous avons besoin de toi, me dit un vieux druide.
Celui-ci m'expliqua qu'il avait vu dans les entrailles d'un poisson que dans les siècles à venir leurs pouvoirs disparaîtraient, puis que ce serait leur légende qui serait oubliée des hommes.

Les druides sont d'anciens prêtres bretons qui, à l'époque de l'Armorique et des Gaulois, formaient une caste sacerdotale. Ils étaient les héritiers et les dépositaires de la tradition et du savoir celtique. Selon César, l'initiation des druides formés en Bretagne durait vingt ans. Ces prêtres croyaient en la transmigration et en l'immortalité de l'âme. Ils pratiquaient des sacrifices humains et célébraient leur rites dans les bois consacrés à cet effet.

Ainsi, il avait élu une lignée d'hommes qui devrait perpétuer la tradition au cours des cinq siècles qui précédaient sa disparition. Le premier mourut, suivi d'un autre et d'un autre encore. Le décès récent du dernier faisait de moi "le successeur".
Je rétorquai qu'il m'était impossible de perpétuer leur légende car je n'étais qu'un pauvre enfant qui bégayait. A ce moment, un autre druide prit la parole :
  • Je t'ai préparé une potion connu de moi seul. Bois-en une gorgée et ta voix redeviendra normale.

Les druides étaient très réputés pour leur don de magie ; c'était paraît-il un remerciement des Dieux envers ces prêtres qui prenaient en charge leur culte.

Il me tendit une fiole que je pris entre mes doigts. Craintif, je portai doucement la bouteille à ma bouche. Une odeur nauséabonde en sortait. On aurait dit qu'il s'agissait du mélange d'excréments et de poisson que mon oncle laissait sécher pour les goélands. Les druides m'assurèrent que cela n'était pas nocif. Je préférai donc me fier à eux plutôt qu'à mon odorat. Je bus le remède.


  • Et maintenant ? dis-je sans bégayer.

C'était merveilleux, mon infirmité avait disparu en une gorgée. Heureux, je voulus leur rendre également service.


  • Va raconter à nos enfants ce que tu as vu. Perpétue la légende des Druides.


Je les quittai donc, chantant de vive voix, ne butant plus sur chaque mot. Je traversai la lande et parvins au cromlech. Un korrigan, venant de nulle part, surgit

Retour à la page d'accueil

Suite