Les loups

Loup 2.jpg (4364 octets)

Le régisseur écrit au Comte de Janzé le 16 mai 1851 :

"A Gouarec j’appris que le loup en question était enragé une jument et une vache qui avaient été mordus par lui on enragé on a donné ordre de détruire tous les animaux mordus.

Des 48 personnes blessées aussi par le loup et qui sont à l’hopital de Guingamp on ne parle pas qu’il y en ai d’atteint par cette exécrable maladie"

Le 14 juin 1851, il précise :

"Je vais vous parler maintenant des gens mordus par le loup des 48 à l’hopital de Guingamp il en est mort 8 ou dix enragé. Les autres se sont en allés chez eux disant qu’on les faisait mourir à l’hopital. On trouve assez drole que l’autorité les ai laisé aller. A Quintin il y en avait à l’hopital qui ont fait la même chose. Il y a plus de huit jours que je n’ai entendu parler des autres suites de cette horrible maladie ...

Le 1er mars 1852 :

"Dupuy a pris un loup dans les pièges il a mangé sa patte jusqu’à la cuisse et cassé toutes ses dents que Dupuis a dans un papier. C’est un loup de moins mais qui n’a pas profité aux tendeurs de pièges. Ils n’ont pas retrouvé le loup."

Les loups.jpg (23962 octets)

Le 8 mars 1852 :

"Hier soir dimanche à six heures Dupuy nous a apporté un énorme loup qui a emporté le piège une lieue à travers la forêt; il l’avait muselé nous l’avons mis dans la prairie et tous les chiens après pour les disposer à cette chasse. C’est vigilente qui était la plus effrontée le chien de Dupuy et celui de notre maire fort chien de basse-cour. le maire soutenait son chien le loup s’est détourné & lui a mis ses pattes sur les épaules. le brigadier de Gouarec qui était près de lui d’un coup de pied l’en a débarassé; il y avait bien 150 spectateurs dans la prairie. le brigadier dont je vous parle qui est de Franche-Comté n’en a pas vu de plus fort. C’est un loup à cheval, il a aussi cassé toutes ses dents sur le piège ... Je vous assure Mr le Comte que tout le monde était bien joyeux de voir le loup pris Cela était une fête pour tous, nous avons fini par l’assomer."

bpatrim.eps (86702 octets) retour